Sur les routes de Toscane - Carnet n°2

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Europe / Italie / Toscane / Sienne / Sur les routes de Toscane - Carnet n°2

Après un premier carnet sur Florence, je vais maintenant vous emmener sur les routes sinueuses de Toscane afin de vous faire découvrir des petits villages perchés ainsi que les trésors de Lucques et de Sienne.

Photo de voyage en  Italie

Location de vacances en Italie de 2 semaines (Mai 2011) raconté par icare

Monteriggioni et ses quatorze tours

La veille au soir, notre choix, pour la journée du lendemain, se porte sur la découverte d'une partie du Val d'Elsa dont les villages se dressent en nid d'aigle. La voiture que nous avons louée (un break Hunday) est parfaite pour cinq personnes. Après 50 km, les tours de Monteriggioni se dressent telles des sentinelles aux aguets. Pas moins de quatorze tours reliées par des murailles pour ce tout petit village qui offrit refuge à de nombreux Siennois lors d'affrontements avec les Florentins!

Nous laissons donc la voiture à l'entrée du bourg et pénétrons par la porte principale. Une jolie carte postale s'offre à nos yeux, allez jeter un coup d'oeil sur les photos... Après la visite, nous décidons d'aller déjeuner à 1km de là, au Bar dell'Orso.
Il s'agit d'un bar-épicerie qui ne paie pas de mine mais je puis vous assurer qu'on y mange bien et pas cher. On choisit ses charcuteries, fromages (qu'on paie au poids) et les risottos sont super bons, sans oublier les fameux tiramisus ; merci le Routard !


Colle di Val d'Elsa, petite cité médéviale

Nous reprenons la voiture pour une dizaine de km en direction de Colle di Val d'Elsa, petite cité médiévale, car il va falloir faire un peu de marche pour digérer notre cuisine italienne! C'est dans cette petite ville que naquit Arnolfo di Cambio, architecte et sculpteur. On lui attribue de nos jours l'église de Santa Croce et le Palazzo Vecchio et plus particulièrement le beffroi (la tour-guet) qui porte son nom (voir le carnet N°1 sur Florence).

Aujourd'hui, la ville se divise en deux parties: Colle "basse", moderne et industrielle et Colle "haute" avec ses maisons et ses tours médiévales, bien sur c'est celle-ci que nous visiterons. Après avoir franchi une imposante porte à l'entrée, nos pas vont nous mener à travers des ruelles pentues jusqu'à une très belle cathédrale renfermant quelques beaux trésors.


L'abbaye de San Galgano

Pour terminer cette agréable journée nous allons jusqu'à l'abbaye de San Galgano, véritable vaisseau fantôme, posé au milieu d'un cadre vallonné.

Ce n'est pas un hasard si cette abbaye, de style cistercien, a été édifiée par les moines, en 1224, tout près de l'ermitage de Monte Siepi. C'est en effet en ce lieu que vécut le chevalier Galgano Guidotti, devenu ermite, mort le 3 décembre 1181 et canonisé en 1185. Les visiteurs qui vénéraient le saint étaient très nombreux. Les moines durent donc construire, non loin de ce lieu sacré, l'abbaye cistercienne de San Galgano. L’abbaye fut consacrée soixante-dix ans après la pose de la première pierre. Mais sa prospérité fut de courte durée. Dès le quatorzième siècle, une famine (1329) puis une épidémie de peste (1348) marquèrent le déclin de ce complexe monastique. Au niveau matériel, la déchéance de l’abbaye commença aux alentours de la moitié du XVIe siècle, avec la vente du toit de plomb. À la fin du dix-huitième siècle, la foudre s’abattit sur le clocher, les dernières voûtes du toit s’écroulèrent et ce fut l’abandon définitif et la désacralisation de l’édifice.

Le lieu est magique et garde un certain mystère, il faut le voir en fin d'après-midi quand le soleil nimbe les pierres dressées vers le ciel.


Lucques, un joyau médiéval

Le lendemain, un dimanche, départ pour Lucques. Situé à 85km de notre location, nous prenons l'autoroute afin de gagner du temps car Lucques mérite une journée complète de visite tant elle est belle!

Les autoroutes sont souvent gratuites mais pas toujours bien entretenues, aîe mon dos pourront dire ceux qui en souffrent! Pas de problème pour se garer à l'extérieur, tout près des imposantes murailles du XVIIe. siècle qui enserrent ce joyau médiéval. Il est très agréable de flâner dans cette ville qui n'est pas encore trop envahie par les touristes.

Après avoir pris les petites rues piétonnes, nous arrivons sur la piazza San Martino où se trouve le duômo, puis plus tard sur la piazza San Michele où s'élève l'église San Michele in Foro. Nous reviendrons visiter les intérieurs dans l'après-midi car nous ne voulons pas troubler les offices du matin.

Après avoir déjeuné d'une pizza goûteuse, il est temps de monter à l'assaut des deux tours de Lucques, la Tour des Heures et la Tour Guinigi, d'où les vues sur la ville sont étonnantes. Ensuite direction l'atypique piazza Anfiteatro où nous nous régalerons d'une bonne gelati.

Après avoir visité le duômo et l'église San Frediano, nous nous dirigeons à nouveau vers la piazza San Michele in Foro pour visiter l'église et là, surprise, un défilé de fanfares a lieu dans les rues avoisinnantes.
Avant d'aller faire un tour sur les remparts, nous allons saluer la statue de Giacomo Puccini, un de mes compositeurs favoris dont j'affectionne les opéras et qui est natif du Lucques.


La Villa Médicis et ses jardins suspendus

Encore une belle journée qui s'annonce, le ciel est bleu profitons-en pour aller sur Fiesole. Cette petite cité, perchée sur une colline, à 7km de Florence, a inspiré beaucoup d'écrivains. C'est là que Boccace (XIVe. siècle) situa le refuge des héros du Décaméron. Plus tard, Marcel Proust y rêva du printemps, André Gide, dans les années 1930, contempla aussi "la Belle Florence" et écrivit une partie des Nourritures Terrestres.

Avant de visiter cette ville au riche patrimoine, nous allons découvrir les jardins de la Villa Médicis, située à l'extérieur de la ville.

La dynastie des Médicis fit construire 24 villas dans toute la Toscane. Initialement, les fermes-villas étaient l’alternative champêtre à la vie politique de la ville, plus tard elles sont devenues des centres de contrôle politique sur le Grand-Duché. Elles sont toutes caractérisées par des structures architecturales imposantes pleines d’œuvres d’art et par des jardins magnifiques. Malheureusement, la Villa Médicis de Fiesole est une propriété privée, et seuls les jardins suspendus sont ouverts au public. Nous voici à la grille et un gardien nous ouvre le portail: quel ravissement pour les yeux!


Fiesole la Médiévale

Avant d'aller déjeuner au soleil sur la place centrale de Fiesole, nous allons visité la cathédrale de San Remolo.

Avant 1026, Fiesole n'avait que l'église Badia Fiesolana comme cathédrale. Cette église romane fut reconstruite par Cosme de Médicis et rebaptisée cathédrale San Remolo, du nom d'un évêque martyr. Son élément le plus remarquable est son campanile crénelé. On sera également frappé par la sobriété de l'intérieur en marbre.


Fiesole, une cité étrusque et romaine

Située à quelques kilomètres de Florence, sur une colline qui domine toute la ville, Fiesole a été fondée par les Etrusques dès le VIe. ou le Ve. siécle avant notre ère. Plus tard, elle fut conquise par les Romains.

Au XIXe. siècle, des fouilles archéologiques ont permis de découvrir les restes d'un théâtre romain du Ier. siècle avant J-C, et pouvant accueillir 3 000 personnes ainsi que des thermes et les vestiges d'un temple étrusque.

Bien restauré, il accueille différentes manifestations pendant l'été. Un musée attenant rassemble des statues votives, stèles et urnes funéraires étrusques et romaines découvertes sur le site.


Musée Bandini

Avant de quitter Fiesole nous allons au musée Bandini (billet d'entrée couplé avec la visite du théâtre romain).

Le musée Bandini possède des peintures du Moyen- Age et de la Renaissance. Mais ses œuvres les plus précieuses sont les retables médiévaux à fond d'or et de terres cuites émaillées de Luca della Robbia. Il ne faut pas hésiter à visiter tous ces musées dans les petites villes car ils recèlent souvent de très belles oeuvres.


Couvent San Francesco

En grimpant par les rues pentues nous arrivons en haut de la colline pour découvrir une belle vue sur la plaine florentine et pour visiter le couvent franciscain San Francesco et sa chapelle. Construit en 1399, le couvent possède un minuscule et adorable cloître et abrite un petit musée des missions franciscaines. Edifiée au XIVe. siècle, la chapelle, très simple, possède quelques primitifs religieux et une Nativité de Luca delle Robia. L'entrée est libre.


Sienne, la bien aimée

Ce mercredi 27 mai c'est une grande journée qui s'annonce pour la visite de Sienne. Située à 66km de notre location, nous prenons donc l'autoroute mais impossible de trouver une place de parking en dehors des murs, près des portes (le mercredi jour de marché à l'extérieur des murs). Finalement nous irons nous garer gratuitement à la gare, en bas de la ville, et nous emprunterons des escalators qui nous ramèneront jusqu'en haut, près du centre historique.

Aidés d'un plan, nous prenons les petites rues pour nous diriger vers la piazza del Campo où nous avons donné rendez-vous à deux personnes de notre connaissance qui se trouvent à Sienne en même temps que nous. Malgré la foule de touristes, nous nous retrouvons et nous voilà partis à la découverte du riche patrimoine de cette ville, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Selon la légende, Sienne fut fondée par Senius et Aschius, fils de Rémus, lui-même frère de Romulus (fondateurs de Rome). Ils fuirent la ville sur deux chevaux donnés par Apollon et Diane, l'un blanc et l'autre noir, pour échapper à la fureur de leur oncle Romulus. Ils s'arrêtèrent dans la vallée du Tressa et fondèrent une ville qu'ils baptisèrent du nom de l'aîné, Sienne (en latin Sena Julia). Le blanc et le noir devinrent alors les couleurs de la ville.

Sienne est l'incarnation de la ville médiévale. Transposant sur le plan urbain leur rivalité avec Florence, ses habitants ont poursuivi à travers le temps un rêve gothique et ont su conserver à leur ville l'aspect acquis entre le XIIe et le XVe siècle. À cette époque, Duccio, les frères Lorenzetti et Simone Martini traçaient les voies de l'art italien et, plus largement, européen. La ville entière, construite autour de la Piazza del Campo, a été conçue comme une œuvre d'art intégrée au paysage environnant.

Je vous laisse découvrir, à travers mes photos, la piazza del Campo avec ses palais, dont le palazzo Pubblico et la Tour del Mangia, puis le duômo et le baptistère, l'église San Francesco et le musée Diocésain d'Art Sacré.



La découverte, en voiture, des villages perchés toscans sur les routes bordées de cyprès sont un pur moment de bonheur. Prudence quand même sur ces routes car ça tourne !

Voyage raconté par icare

Photos Carnet de voyage en Italie


Voir toutes les photos du voyage en Italie

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • Prendre les petites routes pour aller de villages en villages
  • Le GPS est souhaitable car sur les toutes petites routes...
  • Sienne et Lucques, bien sûr
  • San Galgano

Les moins...

  • Eviter les visites d'églises le dimanche

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Italie

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter icare, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à icare
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres carnets à découvrir

Voyage A la découverte de la la Toscane - 2017 écrit par bentec
 

Voyage Turin, Gênes et les Cinque Terre - 2017 écrit par bentec
 

Voyage au  Languedoc-Roussillon de 2 semaines (Septembre 2010) raconté par icare Les Cévennes, un retour à la nature écrit par icare
 

Voyage Rome, Naples et l'Italie du Sud - 2018 écrit par bentec
 

Voyage L'Italie du Nord et la Toscane - 2017 écrit par bentec
 

Voyage organisé en  Finlande de 1 semaine (Février 2013) raconté par Bergeronnette40 Au dela du cercle polaire arctique écrit par Bergeronnette40
 


Généré en 0,059 secondes