3 mois et demi après la révolution

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Afrique / Égypte / 3 mois et demi après la révolution

Qu'on le veuille ou non, l'Égypte fait partie de ces pays auréolés de légendes qui nous font rêver depuis les bancs de l'école. Cinéma et littérature s'en sont emparés pour l'exalter davantage encore et nous donner matière à enflammer notre imagination. Il s'agissait de fuir une fête familial pour mes 40 ans et redécouvrir toute la splendeur, la singularité et la magie de ce pays.
Retourner à la rencontre de ses habitants habituellement si chaleureux et de l'antique civilisation égyptienne que j'étais venue redécouvrir.

Photo de voyage en  Égypte

Croisière en Égypte de 2 semaines (Mai 2011) raconté par ispahan

Debut de la Croisière

Pour le plaisir de redécouvrir l'Égypte, j'ai opté pour une croisière sur le Nil avec un combiné de trois jours au Caire. Circuit que j'avais réalisé il y a quelques années.

Le 21/22 mai 2011
Après 45min de retard, l'avion prend son altitude de croisière direction Louxor où nous arrivons le 22 à 5h00 du mat et accueilli par 30°C, ce qui nous laisse présager des journées rudement chaude.

Après un passage rapide dans la cabine du bateau, direction la fameuse réunion d'information qui, en fait, comme chacun de ceux qui y ont participé peuvent le savoir, il s'agit plus d'une réunion commercial où le guide tente de fourguer à chacun un maximum de sorties en option dans le circuit de départ. Mais là, cette année, ils battent tous les records. En fait comme le tourisme a chuté très fortement, les voyagistes se réunissent pour remplir leur bateau de croisière, et donc personne sur cette croisière n'a la même formule. Le guide se perd en explication pour ceux qui ont ceci, pour ceux qui on cela et de ce fait, plus personnes ne sait exactement ce qui est compris ou pas dans le circuit choisi.

Pour ma part dans mon circuit je n'ai pas l'extension à Abou-Simbel car, il y a six ans, j'avais déjà faite cette excursion et de même pour l'entrée des tombes à la vallée des rois car je souhaite aussi profiter de mon séjour comme je le souhaite et ces moments me permettrons de visiter hors des sentier battu ou à mon rythme certains sites. Le guide a vraiment fait du forcing auprés de nous pour ces excursions. Pour ma part, je n'ajouterais que le survol en montgolfière au dessus du temple Hatchepsout.

Petite précision sur ce carnet : Il n'y aura pas ici de long discours sur les temples, je vous relaterais juste mon séjour. Pour ceux intéressé par l'histoire des temples, des tas de sites expliquent cela bien mieux que moi. De plus, cette année, je suis venu faire des photos et profiter de l'atmosphère. Comme je l'ai précisé à mon guide au départ du bateau, je ne souhaite pas suivre ses commentaires. Je profite seulement des billets d'entrée des sites et des transports mais je ne souhaite pas suivre le groupe. Donc à chaque entrée de site, il me donne un horaire a respecter et je retrouve le groupe au bus.

Après tout cela, notre première visite débute par le temple de Karnak. Un vrai bonheur pour les photos car il n'y a pas plus de 20 touristes sur le site... et oui révolution oblige, le pays a complètement été déserté. Puis retour au bateau qui nous attend pour démarrer et la croisière débute.

Le soir, je me retrouve dans une salle a manger où le buffet est dressé et des tables de 10 à 12 personnes attendent les convives. Je prend donc une assiette, me sert sur le buffet qui n'a rien de bien typique et là un serveur me dirige vers une table sans que je puisse choisir. Après m'être installé, je fais connaissance des gens de la table : un couple de gens de Nice venu uniquement pour profiter du bateau et finir par une semaine à Charmel Check, une mère et sa fille venues régler des problèmes de famille à des milliers de kilomètres de chez eux et qui ont exactement le même circuit que moi, un fou de l'Égypte et des hiéroglyphes venu compléter ces carnets directement sur les sites et qui en est à son trentième voyage au moins (lui à profiter d'une promo internet pour revenir à moindre cout), une jeune célibataire qui réalise son premier voyage à l'étranger, deux frangines d'une soixantaine d'années venues passer du bon temps ensemble car les maris ne souhaitent pas voyager, un neveu et sa tante qui se révélerons en faites n'avoir aucun lien de parenté juste beaucoup d'affection. On dit "on ne choisi pas sa famille" mais là pour le coup, tous les deux ils se sont choisis. On rigole, fait connaissance et je regagne ma cabine pour y passer une très bonne première nuit au rythme du Nil.


De Edfou à Assouan

Le 23 mai 2011
Départ pour la visite du temple d'Edfou, balade en calèche et photos en toute liberté. A la sortie, on sent la pression des camelots pour nous vendre un petit rien, vraiment pas beaucoup de touristes.

Puis retour au bateau pour profiter de la croisière. Assis ou allongés sur le pont supérieur à l'abri de l'auvent, je regarde passer les champs irrigués qui miroitent sous l'ardeur de Râ, les villages rafraîchis par les tamaris ou les palmiers, les enfants qui s'éclaboussent au bord du fleuve, les femmes qui lavent le linge en nous regardant passer.

J'aime ce moment où aux escales, un petit commerce devient un spectacle haut en couleurs. Des jeunes vendeurs, en barque, viennent proposer t-shirts, serviettes de bain ou nappes à des prix défiant toutes concurrences. Ils les lancent sur le pont supérieur, enveloppés dans un sac plastique, pour qu'on puisse les l'examiner, suivant l'envie, on les relance ou on en fait parvenir l'argent par le même moyen, accompagné de rires et de grand moment de marchandage comme je les aime.

L'après-midi passe et nous nous retrouvons au souper.

Le 24 mai 2011
Jour de mes 40 ans, je ne souhaitais pas rester en France pour les fêter mais je vais me retrouver à les fêter en Egypte. Ce matin, après la visite du temple de Philae et une douce promenade en felouque d'où l'on aperçoit le Old Cataract en pleine réfection où Agata Christie avait ces habitudes en 1933, dans une suite grande comme un bel appartement parisien, la romancière a couché plusieurs chapitres de Mort sur le Nil.

Je profite de mon après midi libre pour partir à la découverte des rues d'Assouan et là, quel n'est pas ma surprise, une ville détruite, délabrée, sale, à l'abandon. Des quartiers entier où un immeuble sur deux est au sol et servent d'air de jeux pour de jeunes enfants. Mais à quelques centaines de mètres, une rue commerçante flambant neuve accueille les touristes toujours moins nombreux qui se pressent pour réaliser quelques emplettes.

De retour sur le bateaux, je croise le neveu (Pierre) et sa tante qui m'invitent à boire une coupe de champagne sur le pont supérieur du bateau afin de fêter l'anniversaire de Pierre qui est né le 24 mai. Je me retrouve donc sur le pont avec Pierre et toute notre table de la salle à manger, puis chacun y va de son anniversaire. Je décide donc d'offrir à chacun une coupe de champagne pour le mien expliquant que j'avais fuit la France pour cet événement mais que là, il était très surprenant d'êtres deux sur le même bateau et à la même table à fêter le même jour son anniversaire. Nous décidons spontanément de quitter le bateau pour se retrouver à une des meilleurs tables de la ville. Après ce véritable festin typiquement égyptien, nous nous retrouvons au bar du bateau pour finir une agréable journée.

Le 25 mai 2011
Je profite de ne pas avoir aujourd'hui de visite pour effectuer un passage rapide à la poste et partir à la découverte du musée de la ville. Le musée Nubien (trop souvent délaissé par les tours opérateurs) est un bâtiment très spacieux qui retrace, au travers de scénettes, la vie quotidienne des nubiens. De plus, de magnifiques statues trônent en bonne place dans l'édifice. Puis retour au bateau, qui reprend sa longue descente du Nil. Je passe mon après-midi à photographier les rives de ce fleuve tranquil.


Belle rencontre dans la valée des rois

Le 26 mai 2011
3h30 du matin, nous sommes à quai car nous sommes réveillé par l'appel à la prière du muezzin. Par chance, le bateau repart sur le fleuve et la navigation me berce mais à 5h du mat, ce sont les camelots sur leurs bateaux qui se mettent à hurler "bonjour bonjour" afin d'attirer les touristes pour essayer de leurs vendre quelques souvenirs. En fait, leurs crient pour nous attirer aura eu l'effet contraire. Certains touristes très mecontent de ce réveil brutal se saisiront de bouteilles d'eau afin de faire taire les vendeurs. Mais mal leur à pris, ils redoublent de cries et de rires. Ce qui finira par définitivement mettre fin à cette nuit. Malgré tout, on peu comprendre leurs empressement quand ils voient un bateau arriver car, la veille, le guide nous expliqua qu'actuellement il y avait 80% de touristes en moins. Mais pour autant, je ne suis pas sûr que leur agressivité les servent bien au contraire.

Ce matin, nous partons pour la visite du village des artisans, puis le temple de Habu magnifique par sa conservation des couleurs qui laisse paraitre toute la splendeur passé de ces temples.

Enfin nous prenons la direction de la vallée des rois que j'avais eu l'occasion de visiter il y a quelques années et qui est cette année en option dans mon programme. Je décide donc d'attendre le reste du groupe dans l'allée marchande construite à l'entrée du site.

Je me pose sur les marches d'un commerce fermé et c'est alors qu'un des rares commerçants présents vient s'installer prêt de moi. Après m'avoir proposé un thé ou un verre d'eau, la conversation dérive vite sur la révolution. Il me montre des vidéos sur son Iphone qu'il a prit quand il est monté au Caire pour faire tomber celui qu'il pensait être le seul responsable de leurs problèmes (ce sont ces mots).
Alors me dit-il, nous pensions une fois Moubarak tombé que tout allait changer, d'avantage de liberté, redistributions des richesses, en récolter d'autres grâce au tourisme mais assez rapidement, nous nous sommes rendu compte de notre erreur. Le pays est divisé en vingt-neuf gouvernorats avec à leur tête un gouverneur et, en fait, ce sont eux qui tienne les richesses et donc les cordons de la bourse. D'après Adjib, mon interlocuteur, la plus part de ces gouverneurs sont totalement corrompus et depuis que l'armée a prit le pouvoir, il n'est pas rare de voir des scènes qui à l'époque de Moubarak n'aurait jamais eu lieu. Il me raconte que depuis la chute du régime, il n'est pas rare de voir des militaires gradées venir aux entrées des sites touristiques récupérer les quelques livres égyptiennes des ventes de billets réalisées. Mais personnes ne dit rient car les militaires menacent de représailles et c'est pour cela qu'aujourd'hui seul dix commerces sur plus d'une centaine présent sont ouvert, certain on peur de venir travailler car ils se font racketter. Et ce qui lui fait le plus de souci pour l'avenir de son pays et bien la monté en flèche d'un islam plus radicale. Il ne souhaite vraiment pas cela car ils ont tous peur que ce soit pour eux la fin des libertés dont ils avaient rêver. Je regrette vraiment cette précipitation dans laquelle nous nous sommes jeté pour changer de régime car, en fait, rien n'a changé dans le bon sens. Nous nous sommes tiré une balle dans le pied, notre pays qui vivait du tourisme est en train de mourir et nous sombrons avec lui. Il ne me reste qu'à espérer un avenir meilleur pour mes enfants si Dieu le veut, Inch'Allah me dit-il.

Je quitte cet homme avec un sentiment de tristesse, que faire pour eux ? Continuer à venir visiter leurs très beau pays me semble une solution mais sera t-elle suffisante pour les aider dans leur quotidien !!!!!!!!

Puis la journée se termine par la visite du temple de Karnak


Vol en montgolfière et départ pour le Caire

Le 27 mai 2011
Ce matin, je vais profiter de mon cadeau d'anniversaire. Je me suis offert le survol en montgolfière de la vallée des reines. 4 du mat, nous prenons un petit bateau qui nous fait traverser le Nil, ensuite un minibus nous mènent au terrain de décollage. Puis nous assistons au gonflage de l'enveloppe. Après l'avoir sortie de son sac, on commence par la remplir d'air avec un ventilateur puissant. Doucement, le ballon se dresse et prend sa forme bien dodue. Il est temps de monter à bord de la nacelle. Le poids retient la montgolfière au sol le temps que le gonflage se termine.

Désormais, tout est près. Il ne reste plus qu'à détacher la corde de sécurité qui maintient le ballon au sol et ça y est. Sans même nous en apercevoir, nous avons déjà quitté le sol et sommes en train de voler.

J'apprécie alors la légèreté de la montée, la douceur et l'incroyable calme qui nous entoure. C'est parti pour une bonne heure de traversée au gré du vent. Petit a petit, le brouillard matinal se dissipe. Nous pouvons admirer les temples qui sortent de la brume. Une nature authentique et sauvage se révèle au fur et à mesure de notre montée. Le ciel nous appartient, le monde parait tout petit sous nos pieds... les temples ne semblent être plus que des jouets. Il est maintenant temps pour nous de redescendre et de retrouver cette terre où se melent légendes et histoires.

Après ce super moment, retour au bateau de croisière pour un bon petit dej'. Puis, je retrouve la maman et sa fille avec qui nous décidons de louer un taxi pour nous rendre au temple d'Hatchepsout. Nous passons une visite très agréable. Très peu de monde présent, ce qui nous permet de profiter pleinement de cette visite. Puis retour au bateau où nous rejoignons une bonne partis de notre tablé.

Je propose à la petite troupe de nous rendre au Old Winter pour une petite pause thé. Je souhaitais absolument visiter ce lieu où Howard Carter en 1922 annonce très officiellement dans le hall de l'hôtel, par un petit message punaisé sur un tableau, la découverte de la tombe de Toutankhamon. Ce fut un vrai moment de plaisir dans un bâtiment d'exception avant de se retrouver dans la rue moderne des souks de la ville pour quelques achats souvenirs, puis retour au bateau.

Le 28 mai 2011
Ce matin après un réveille en douceur, je prépare ma valise car direction l'aéroport pour se rendre au Caire


Le Caire 1/2

Le 29 mai 2011
Ce matin direction les pyramides de Gizeh et le Sphinx. Une fois de plus, personne sur le site. Nous profitons pleinement de ce moment. Puis retour à l'hôtel, je profite un peu de la magnifique piscine et je pars à la découverte du quartier qui entour l'hôtel. Nous sommes à plus d'une demi heure du centre ville du Caire. Tout autour de l'hôtel, ce ne sont que de grands quartiers résidentiels réservés à la classe élevé du Caire. De magnifique maison toutes gardées par des vigiles bien à l'abri dans leurs guérites. On trouve aussi tout ce qu'il faut comme commerce, grande surface, galerie marchande complètement désertique.

Le 30 mai 2011
Ce matin, après la visite de la citadelle, nous redescendons visiter le musée du Caire et là, en arrivant face à nous sur le coté gauche du musée, un bâtiment noir de suie. Le guide nous explique qu'il s'agit d'un bâtiment où les sympathisants de Moubarak avaient leurs bureaux auquel ils ont mis le feu pour ne pas laisser les insurger récupérer quelques papiers que ce soit pouvant nuire à Moubarak ou à tous ceux qui étaient proche du gouvernement. Quel désolation, on se croirait dans un pays en guerre. Ce bâtiment, nous dis le guide, et là pour nous rappeler tout le mal que le gouvernement Moubarak a pu faire.

Nous pénétrons dans l'enceinte du musée après avoir passer 3 contrôles car depuis tous ces événements la sécurité a été renforcé. Une fois dans le musée, le guide s'empresse de passer devant des vitrines vides, je l'interromps et lui demande pourquoi certaines pièces ne sont plus là ? Il nous explique alors que des pilleurs sont entrés dans le musée lors de la révolution et on volé des pièces et d'autres ont été brisé. Mais lui même dit ne pas comprendre pourquoi les autorités non pas remplacés ces pièces alors que les réserves du musée pourrait remplir plusieurs musées.

Dans l'après-midi, nous nous rendons dans le quartier copte et là un sentiment d'insécurité m'envahis. Il y a un policier tous les 2 mètres, des barrières sont disposées à l'entrée de chaques rues, dés que notre chauffeur s'arrête pour nous faire descendre, un policier intervient pour que le véhicule dégage, il lui dit de nous laisser plus loin. J'avais dans mon souvenir de la visite du quartier la présence policière mais là, on ressent vraiment toute la tension d'une communauté.

Nous partons dans le souk mais nous n'y resterons pas plus de 20 minutes, l'agressivité des marchands est insupportables. On ne peut pas demander un prix sans être ensuite harcelé et si par malheur on n'achète pas, les insultes pleuvent.

Le plus vieux souk au monde où j'ai beaucoup aimé me promener lors de mon premier séjour montre dans quels difficultés se trouve le peuple égyptien. Tous sont sur les dents, ils sont asphyxiés et n'ont plus leur légendaire hospitalité. Quelle tristesse de ressentir autant le désarroi d'un peuple.


Le Caire 2/2

Le 31 mai 2011
Je souhaitais faire des photos de la Cité des Morts. Pour ceux qui ne connaissent pas, au Caire, les cimetières se succèdent à l'infini : Bassatine, Al Darassa, Sayda Nafissa, Sayda Aïcha... et la richesse architecturale des mausolées renseigne encore aujourd'hui sur le rang social des morts qu'ils abritent. Pourtant celui qui ignore l'emplacement exact de ces nécropoles aura du mal à les identifier. Véritable ville dans la ville aux murs ocres dévorés par la poussière, aux ruelles encombrées de voitures et des étales des maraichers, les klaxons impatients et de la sono des cafés, également le linge étendu entre deux portes, aux chiens qui dorment à peine troublés par le vendeur de figues qui harangue le quartier. Il serait près de deux millions à avoir investi faute de meilleurs abri. Chaque cimetière qui est divisé par quartiers. Chacun comprenant plusieurs tombeaux et possédant son croque-mort (tourabi). Le mu'allem (patron) est lui responsable des vivants et règne en maitre sur quatre ou cinq quartiers. Il est à la fois agent immobilier et gardien des lieux. Il encaisse les loyers de ces tombes-maisons de 3 à 5 euros par mois selon la superficie et perçoit en plus un pas de porte. Le mobilier est souvent sommaire. Cuisine, salle à manger et chambre dans la même pièce de cinq ou six mètres carré. Quelques familles disposent de toilette et d'une salle de bain dans une tombe voisine. L'eau et le tout à l'égout sont donc loin d'être généralisés, mais la télévision est de partout.

Quelques jours par an lors des grandes fêtes religieuses, le cimetière redevient alors ville morte. Les habitants rendent les lieux aux familles qui souhaitent se recueillir sur la tombe de leurs morts. Le guide me dit qu'il n'est pas sage de se rendre dans cette partie de la ville, qu'il y règne une telle tension que le fait de voir des touristes dans des quartiers si pauvre serait pousser a l'émeute. Mais pour m'être agréable, il me propose de passer juste en voiture sans arrêts. J'accepte et profite de ce court passage pour prendre quelques clichés depuis la voiture où effectivement je m'aperçois de la présence policières un peu de partout dans les quartiers. Retour dans l'après-midi dans mon cocon doré l'hôtel Sofitel.

Le 1er juin 2011
Matinée à faire les bagages, oui dans l'après-midi c'est le retour en France. Juste avant de fermer mon sac, je fini quelques emplettes dans les magasins avoisinant l'hôtel puis c'est le départ vers l'aéroport, dernière vue sur les pyramides et le sphinx et beaucoup de tristesses en quittant ce pays magique.



Impossible pourtant d’avoir un jugement définitif et simple sur ce séjour. On se rend bien compte des problèmes créés par la révolution du Papyrus. Partout, le soir, j'ai vu des gardes armés patrouiller aux escales de la croisière et au Caire je me suis fais fouiller en entrant dans chaque lieu public. Les Égyptiens qui étaient si chaleureux et sont devenus si inquiets, ils demanderont de témoigner à mon retour de leur gentillesse et de la sécurité déployée dans leur pays...
L’hospitalité existe mais a été complètement déformée. Oui l'Égypte mérite d'êtres visité. Pour ce qui est de la croisière, aucun souci mais pour le Caire, je ne recommanderais pas à des amis de s'y rendre, il y règne une trop grande insécurité et les événements récents le prouvent encore.

Voyage raconté par ispahan

Photos Carnet de voyage en Égypte


Voir toutes les photos du voyage en Égypte

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • Croisière sur le Nil

Les moins...

  • Attention au Caire, trop grande insécurité

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Égypte

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter ispahan, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à ispahan
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres voyage Égypte

Découvrez d'autres carnets de voyage en Égypte (Égypte) à découvrir :

Séjour en Hôtel Club en  Égypte de 1 semaine (Juin 2010) raconté par Pupici A la découverte de la région du Sinaï écrit par Pupici
 

Voyage organisé en  Égypte de 2 semaines (Octobre 2008) raconté par Fabrice En remontant le Nil écrit par Fabrice
 

Autres carnets à découvrir

Voyage organisé en  Éthiopie de 3 semaines (Décembre 2012) raconté par indianajohn78 Voyage dans la vallée de l'Omo dans le sud de l'Ethiopie écrit par indianajohn78
 

Trekking au  Cap-Vert de 2 semaines (Mai 2011) raconté par LNTT L'archipel du Cap Vert - 3e carnet : Santo Antao, la belle île écrit par LNTT
 

Voyage en  Algérie de 2 mois (Juin 1991) raconté par LAND17 La magie du Sahara écrit par LAND17
 

Voyage organisé en  Tanzanie de 1 semaine (Septembre 2010) raconté par Mimi48 Polepole en Tanzanie !! écrit par Mimi48
 


Généré en 0,050 secondes