Australie : le Centre Rouge

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Océanie / Australie / Australie : le Centre Rouge

Nous allons passer 4 jours dans le Centre Rouge, au cœur de l'Outback, là où le silence est assourdissant, la terre rouge à l'infini et le ciel intensément bleu. Entre grandes dunes de sable rouge, gorges profondes, nous découvrons une Australie authentique aux paysages somptueux. C'est aussi la terre ancestrale des aborigènes, région désertique mais au combien vivante et fascinante.

Photo de voyage en  Australie

Voyage organisé en Australie de 2 semaines (Mars 2011) raconté par Bergeronnette40

Uluru-Kata Tjuta National Park

JOUR 8 : Mardi 08.03.2011 : "WELCOME TO AYERS ROCK"
Il est 14h20 lorsque nous arrivons à l'aéroport de Ayers Rock. Coté décalage horaire, il y a 1h30 de moins par rapport à Sydney, mais nous avons encore + 8h30 par rapport à Paris. Par contre, je ne savais pas qu'il y avait des demi fuseaux horaires.
Notre guide nous attend et notre chauffeur nous emmène au campement. C'est simple mais confortable. Plusieurs petites tentes en arc de cercle. C'est très propre.

Evelyne, notre guide nous explique que cette année est exceptionnelle, comme il a beaucoup plu, l'herbe a poussé dans le désert. D'où ce contraste saisissant de rouge et de vert que nous avons pu voir.
Elle nous rappelle aussi qu'il faut de bonnes chaussures, un chapeau, de l'eau, et de la crème solaire. Sinon, elle ne veut pas nous emmener. Sympa ! C'est un petit bout de femme un peu autoritaire, il faut faire ce qu'elle dit la madame.

« Pukulpa pitjama Ananguku Ngurakutu », ce qui signifie « Bienvenue en terre Anangu, chez les Aborigènes ».

ULURU-KATA TJUTA NATIONAL PARK : comprend deux sites exceptionnels, l'imposant Uluru et Kata Tjuta pour les Aborigènes (Ayers Rock et les Monts Olgas pour les Blancs) que nous allons découvrir successivement. A chaque fois, ce sont des spectacles à couper le souffle. Ces deux sites sont des lieux sacrés pour la communauté aborigène.

Parc national depuis 1958, ce site est inscrit au Patrimoine de l'Unesco depuis 1987 et est devenu l'Incontournable pour les voyageurs du monde entier.

ULURU, MERVEILLE DU MONDE ABORIGENE
Si l'Opera House de Sydney est le symbole d'un mode de vie urbain et moderne, ULURU, est l'emblème de l'Outback, le coeur spirituel de l'Australie, synonyme de grands espaces magnifiques, sauvages et authentiques.

ULURU OU AYERS ROCK ?
Selon les archéologues, les aborigènes occupèrent cette région depuis au moins 22 000 ans ! Les Anangus sont les gardiens traditionnels d'Uluru, le monolithe plus connu sous le nom d'Ayers Rock (baptisé ainsi, par l'explorateur européen William Gosse en 1873, en hommage à l'ancien premier ministre Sir Henry Ayers ).
Uluru a été rendu aux Anangus en 1985, qui assurent aujourd'hui la préservation et l'exploitation de ce parc national, conjointement avec l'État australien.

En 1993, une politique de double dénomination est mise en place et ce n'est que depuis le 6 novembre 2002 que le nom officiel du monolithe est le suivant : Uluru - Ayers Rock (dans cet ordre), Uluru restant la dénomination aborigène.

UN SITE SACRE POUR LES ANANGUS, peuple aborigène ancestral
Selon les croyances Anangu, ces terres ont été explorées par des "Héros" (ou Dieux") au temps du Tjukurpa, période pendant laquelle ils créèrent le Monde et donnèrent forme et vie à tout ce que nous connaissons aujourd'hui. C'est pourquoi Uluru et ses environs ont une grande signification pour le peuple Anangu.

Chaque endroit possède ses légendes et les Anangus en sont les gardiens. Aussi il convient de respecter leurs croyances et il est déconseillé aux touristes de gravir Uluru, ceci étant considéré comme une offense. Outre les raisons culturelles et religieuses, les aborigènes ne souhaitent pas que les "minga" (les touristes) escaladent Uluru car c’est également dangereux à cause du vent et de la chaleur, De même, certains lieux sont sacrés et ne peuvent être photographiés.

DES DIMENSIONS IMPRESSIONNANTES
Donc, Uluru pour les aborigènes, est le plus grand monolithe de la planète. Des photos de cet endroit ont fait le tour du monde et c’est vrai que cette formation rocheuse impressionne par ses caractéristiques naturelles extraordinaires : avec une hauteur de 348 mètres, 2,5 km de long, et une circonférence à la base de 9,4 kilomètres il impose le silence quand au détour d’une piste on l’aperçoit au loin pour la première fois.

Et pourtant tout ceci n'est que "la partie visible de l'iceberg" puisque les spécialistes pensent que le rocher s'étend encore 6 km sous le sol !

ULURU, POINT DE DEPART DE NOMBREUSES EXCURSIONS.
des petites promenades faciles : de 2 à 4 kms
- Kuniya Walk - Lungkata walk - Mala Walk - Liru Walk

et eaussi ULURU BASE WALK :
Petite promenade "facile" de 10,4 km de 4 heures. C'est celle que nous avons faite. Mais il fait très chaud, pas un poil de vent, mais par contre plein de petites mouches qui viennent vous asticoter le visage.

Si vous lisez ce carnet, notez ce renseignement intéressant si vous projetez un tel voyage et prévoyez une moustiquaire.
C'est facile, mais c'est très long, sous la chaleur.


Coucher et Lever de soleil sur Uluru

C'est les photos que l'on voit partout, dans les agences de voyage, sur internet... En effet, il change de couleur et passe d’un gris un peu terne à un orange foncé puis du pourpre au rouge flamboyant.

En arrivant sur le site d'Uluru, nous avons une surprise. Evelyne et le chauffeur transportent de grosses malles et nous comprenons ensuite que c'est l'apéritif. Champagne australien et petits canapés sur fond de soleil couchant sur Ayers Rock (Uluru), un moment inoubliable. C'est le Top !

Pendant que nous dégustons notre champagne, le monolithe d'Uluru change de couleur et prend toutes les nuances du rouge à l'orangé selon que le temps passe. Les couleurs virent du gris au rouge, en passant par une palette imposante de teintes ocres. C'est vraiment magnifique.

Puis nous rentrons au campement. Là il y a 2 jeunes filles allemandes qui sont là en « work holiday » qui nous ont préparé un bon repas : du kangourou et des saucisses de chameau. On rejoint notre bungalow. On se couche tôt car demain on se lève à… 4h30 pour voir le lever de soleil. Moi qui ne suis pas du matin !

JOUR 9 : mercredi 09.03.2011 : LEVER DE SOLEIL SUR ULURU
Dès l'aube, nous allons voir le soleil se lever. Sur le rocher Uluru. Un Magnifique spectacle. Pendant près de deux heures, nous admirons les changements de couleur sur le rocher, au fur et à mesure que le soleil se lève. C'est aussi beau que le coucher de soleil.

Petite explication sur le « work holiday visa (WHV) » : Créé en 2003, ce visa permet au jeunes de 18 à 30 ans de découvrir l'Australie en passant 1 an, en associant tourisme et travail rémunéré pour financer une partie de leur voyage, et aussi perfectionner leur anglais. Dommage que j'ai passé l'age ! Cette formule est très intéressante pour les jeunes car l'Australie est un pays très cher. En tant que touriste, il vaut mieux choisir la formule « tout inclus ».


Kata Tjuta ou Les Monts Olgas

JOUR 9 : mercredi 09.03.2011
A tout juste 40 km de là, Kata Tjuta fait face à Uluru, avec ses 36 dômes séparés par des vallées profondes, dont le plus haut est le Mont Olgas qui culmine à 546 mètres.

Cet ensemble de 35 km2 et de 24 km de circonférence aurait été un monolithe dont l’érosion à fait apparaître au cours du temps les dômes. Les randonneurs seront une fois de plus conquis. Une multitude de chemins parcourent le parc avec des sentiers initiatiques et la magnifique Vallée des vents.

Selon la tradition aborigène, ce seraient des géants pétrifiés. De nombreuses légendes entourent le Kata Tjuta comme celle du grand serpent, le roi Wanambi, qui vivrait au sommet du mont Olga et ne redescendrait que pendant la saison sèche.


Kings Canyon, 3è site incontournable du Red Center australien

Nous sommes arrivés hier soir dans ce nouveau campement après 310 km de route assez bonne. C'est nettement moins bien qu'à Uluru. Quand je prends possession de mon bungalow, j'ai fait fuir, par mes hurlements une petite famille de souris australiennes (et oui, avec une poche !). C'est la nature, et nous sommes dans le désert.

Mais quand même avant de me coucher, je vérifie sous le lit, mais elles ont fui, ayant sans doute encore plus peur que moi. Mais demain matin, j'en croiserai une aux sanitaires. Même marsupiales, j'aime pas ces bêtes.

JOUR 10 : jeudi 10.03.2011 : KINGS CANYON
Après avoir visité ULURU et KATA TJUTA, il faut absolument voir KINGS CANYON qui est totalement différent, et tout simplement exceptionnel !

WATARRKA National Park – KINGS CANYON
Le parc national de Watarrka est plus connu pour le Kings Canyon, un vaste gouffre de 270 m de profondeur. Les falaises de roche rouge escarpées du canyon se dressent à plus de 100 m de hauteur. Comme pour Uluru, une partie des gorges est un lieu sacré pour les Aborigènes et il est fortement déconseillé de circuler en dehors des chemins prévus.

C'est donc de très bonne heure que nous partons pour une randonnée pédestre dans les gorges de Kings Canyon. Autre merveille géologique du Centre Rouge, Kings Canyon nous éblouit par ses paysages spectaculaires qui sont à couper le souffle. Mais je crois que le temps va être capricieux aujourd'hui, et les mouches nous agacent toujours autant.

Il existe deux circuits pédestres pour visiter Kings Canyon : Le premier (le KINGS CREEK WALK) : ballade facile de 2,6 km aller-retour. Il longe le lit de la rivière et on passe donc au pied des falaises. Au bout de la promenade, une zone dégagée permet d'apprécier les parois de la vallée.

Le second circuit (le RIM WALK) passe au sommet des falaises. Il fait une boucle de 6 km et demande 3 à 4 heures de marche. Au début de la promenade, un chemin appelé « la montée des infarctus », en raison de la difficulté à le grimper, conduit au sommet du canyon. On a de très belles vues sur le canyon et le désert environnant. Au milieu de la visite, un détour permet de descendre au « Jardin d'Eden », un trou d'eau permanent entouré d'une végétation luxuriante de palmiers et fougères préhistoriques. Depuis “l’Amphithéâtre”, “Lost City” ou le “Jardin d’Eden”, les vues sont à couper le souffle et les chemins sont assez faciles. Les parois du canyon s’élèvent à 100 m au dessus de la plaine désertique. La dernière moitié du circuit se fait au milieu de dômes de grès, restes de millions d'années d'érosion.

Hélas, je ne ferai pas tout ça car, avec la chaleur et la transpiration, j'ai une énorme ampoule au pied. Je ne peux plus marcher. Je me contente de faire le petit circuit de 2 km. Mon mari reste avec moi par solidarité, et d'autres personnes aussi. En plus, sur le papier qu'on nous a donné, précisant les recommandations d'usage (eau, chapeau, moustiquaire, bonnes chaussures ….) c'est bien précisé que cette randonnée est une marche assez soutenue et certaines sections sont difficiles. D'ailleurs, dans le groupe il y a une bonne partie de bons marcheurs.

Non, je ne me cherche pas d'excuses, mais je pense que mes chaussures n'étaient pas adaptées. Aujourd'hui, j'adopte la philosophie du koala : je m'économise.


Alice Springs

490 km plus tard et 6 heures de car, par une route spectaculaire et monotone (toute droite, pas un seul virage, où circulent des camions-trains avec 4 ou 5 remorques et des dromadaires sauvages) au travers de l'Outback, nous arrivons en fin d'après midi à ALICE SPRINGS où nous nous installons dans un hôtel confortable.

ALICE SPRINGS, capitale du centre rouge, est une ville d'environ 20 000 habitants, située dans le territoire du Nord de l'Australie, dans l'Outback, au coeur des terres, totalement perdue dans le désert (1500 km de Darwin, et autant d'Adelaïde). Son aéroport déverse à longueur d’année son flot de touristes, et c'est de là que nous partirons pour le nord est (Cairns). Alice Spring n’est pas un lieu où l’on séjourne bien longtemps. A la tombée de la nuit les rues sont peu sûres et les activités rares. Ce soir, nous dinons à Bojangles saloon et nous rentrons à l'hôtel (sans souris).

JOUR 11 : matinée libre à ALICE SPRINGS
En me documentant j'avais vu que nous pouvions voir :
- la base des Médecins volants : ce service médical unique en Australie assiste les habitants des régions les plus isolées. Sans cette institution, la vie dans le centre rouge serait impossible, ils sont prêts à décoller à tout moment.
- l'école de l'air qui permet aux enfants vivant dans les zones isolées, d'être scolarisés par radio.

Mais nous n'avons que peu de temps, nous avons juste vu « Reptile Centre » où l'on nous a mis dans les bras des serpents et bêtes les plus horribles les unes que les autres.

Nous avons flâné dans la zone piétonne de la ville mais on en a vite fait le tour. Nous avons seulement rencontré des aborigènes déracinés, désœuvrés, souvent drogués et alcooliques, parfois agressifs. Ils traînent toute la journée dans les rues d’Alice Springs, dans un monde dont la culture n’est pas la leur et qui les mène à la déperdition et la perte de leurs origines.
Si quelques uns travaillent comme guides, il y en a des milliers qui sont laissés pour compte, parqués dans des HLM à la sortie de la ville.

L'après midi, nous nous envolons pour CAIRNS (carnet 3).



Si vous rêvez de paysages désertiques empreints d’histoire et de légendes le Red Center est fait pour vous. Vous y trouverez calme, immensité et un dépaysement certain. Ses grands espaces vous hanteront longtemps, tout comme la terre rouge du désert dont il est impossible de se débarrasser et que vous ramènerez de gré ou de force de vos vacances (dans votre esprit mais aussi sur vos vêtements et chaussures)...

Voyage raconté par Bergeronnette40

Photos Carnet de voyage en Australie


Voir toutes les photos du voyage en Australie

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • Voir absolument lever et coucher de soleil sur Uluru
  • Prévoir de bonnes chaussures de marche, chapeau, crème solaire et moustiquaire
  • Voir les 3 sites incontournables : Uluru, Kata Tjuta et Kings Canyon
  • Rester au minimum 3 ou 4 jours dans cette région

Les moins...

  • Alice Springs n'a que peu d'intérêt et demande beaucoup de temps pour y aller
  • Ne pas grimper sur le rocher sacré, ni s'éloigner des sentiers
  • Respecter les interdictions de photographier. Surtout pas un aborigène !
  • Ne pas ramasser de pierres ou cailloux en souvenir
  • Ne pas jeter de détritus ni mégots de cigarette

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Australie

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter Bergeronnette40, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à Bergeronnette40
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres voyage Australie

Découvrez d'autres carnets de voyage en Australie (Australie) à découvrir :

Résident en  Nouvelle-Zélande de  (Mars 2011) raconté par guig120 De la Nouvelle-Zélande aux Iles Cooks en passant par l'Australie, séjour au bout du monde. écrit par guig120
 

Voyage organisé en  Australie de 2 semaines (Mars 2011) raconté par Bergeronnette40 Magnifique Australie : Melbourne et Sydney écrit par Bergeronnette40
 

Voyage organisé en  Australie de 2 semaines (Mars 2011) raconté par Bergeronnette40 Magnifique Australie : le Queensland écrit par Bergeronnette40
 

Voyage en camping-car en  Australie de 1 mois (Décembre 2009) raconté par batk L'Australie - la terre des Aussies écrit par batk
 

Voyage en  Australie de 6 mois (Janvier 2008) raconté par julie Parce que c'est le jeu ma pauvre Lucette, ma destination 2008 était l'Australie écrit par julie
 

Voyage Le voyage de la grenouille en Australie écrit par unegrenouilleenbalade
 


Généré en 0,042 secondes