Bali, l'envoûtante Île des Dieux

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Asie / Indonésie / Petites îles de la Sonde / Bali / Bali, l'envoûtante Île des Dieux

Après un séjour sur l'île de Java, en Indonésie, et avant de poursuivre le voyage sur la Malaisie, nous nous arrêtons 8 jours à Bali, surnommée l'Île des dieux. Nous y résiderons dans le petit village de Laplapan, sur les hauteurs d'Ubud et à seulement 15 minutes de son centre-ville. De là, nous rayonnerons dans toute l'île en louant sur place les services d'un chauffeur pour nous mener partout où nous le désirons, à la découverte des charmes et des enchantements de Bali.

Photo de voyage en  Indonésie

Voyage en Indonésie de 1 semaine (Juillet 2012) raconté par Shavhynn

Le Centre - Autour d'Ubud

Au coeur de l'île de Bali, il est impossible de manquer la trépidante, l'agitée Ubud, sorte de grande zone marchande aux innombrables commerces, restaurants et hôtels. A dire vrai, nous n'avons pas accroché avec Ubud, avec son centre bondé où l'on croise trois touristes pour un local, ni avec les petits villages qui l'entourent et la prolongent comme des dizaines de tentacules. Mais passées les zones les plus touchées par le tourisme, il y a dans le centre de Bali quelques trésors à ne pas manquer.

De la sérénité des temples de Bedulu et de Pejeng au charme des rizières de Tegallalang, de la touristique Goa Gajah, Grotte de l'Eléphant, à la tranquille fresque de Yeh Pulu à deux pas de là, en passant par les ateliers d'ikat de Gianyar, si le Centre semble en moyenne moins authentique que le reste de l'île, il n'en possède pas moins de quoi occuper le visiteur sur plusieurs jours et, pourquoi pas, susciter ses premiers émerveillements sur l'île des dieux.

Séjourner au centre, c'est aussi être proche de tout ce qu'il se passe et pouvoir aisément saisir l'occasion d'assister à une cérémonie ou à un spectacle. Le Palais d'Ubud est spécialiste en la matière et tous les soirs s'y donne une représentation différente. De nombreux cafés et restaurants ont eux-aussi leur propre troupe de danse ou leur petit théâtre de marionnettes. C'est à Ubud que nous avons assisté à un spectacle de legong et de barong, deux des plus fameuses danses balinaises. Le legong est effectuée par de très jeunes filles mimant avec beaucoup de grâce des adieux à leur bien-aimé destiné à mourir au combat. Cette danse, sans doute la plus expressive de toutes au niveau facial, a une belle origine puisqu'elle a, dit-on, été inventée par le dieu Indra lui-même pour des nymphes. Le barong, lui, figure une sorte de combat entre le bien (le barong, sous la forme d'une sorte de gros chien) et le mal (Randga, la sorcière), qui n'aboutira à la victoire de personne, l'équilibre entre les deux forces devant être préservé. Entre temps on assiste à d'autres scènes où la déesse Niatama accompagnée de ses nymphes, les Bidadaris, s'emploie à charmer les deux frères Sunda et Upasunda afin de les faire échouer dans leur projet de conquérir les cieux.


Du coeur aux côtes de la région Est

L'intérieur des terres de l'est balinais offre des paysages aussi variés qu'envoûtants. La province rurale de Sidemen est connue pour être la plus belle de l'île, dominée de montagnes et parsemée de villages typiques. Plus à l'est encore, les cultures et les rizières de Tirtagangga sculptent un paysage vert et irrégulier où jaillissent soudain les jeux d'eau rafraîchissants du Water Palace.

En continuant jusqu'aux côtes le panorama change, l'océan apparait avec ses longues plages de sable parfois noir, souvent blanc. Nous sautons d'un village de pêcheurs à la station balnéaire de Candi Dasa, puis nous poursuivons non loin de là vers le village de Tenganan, dont les habitants vivent selon un système ingénieux de partage des biens. En chemin, nous n'oublierons pas de nous arrêter à Goa Lawah, la grotte des chauves-souris, un lieu particulièrement vénéré des balinais et qui porte très bien son nom.

En passant par l'est, aucun visiteur attentif n'osera négliger un arrêt à Klungkung où le Kerta Gosa (palais de justice) et le Bale Kambang (pavillon flottant) constituent une halte reposante, un petit havre de paix joli comme tout et particulièrement photogénique complété par un musée aux collections légères mais variées.


Volcans, lacs et rizières du Nord balinais

Voici la région qui nous aura le plus vite charmés : le nord, avec ses montagnes et ses volcans, ses vues superbes sur le Mont Batur, ses rizières à pertes de vue comme à Jatiluwih et ses lacs aux eaux calmes brodés de temples qui surgissent de la brume...

Le nord de Bali recèle également quelques sites sacrés parmi les plus beaux de l'île. C'est ainsi qu'à Bangli s'élève le Pura Kehen, deuxième plus grand temple balinais à la suite de Besakih, affrontant sereinement les âges à l'ombre de son majestueux banian, l'arbre sacré sous lequel Bouddha s'assit pour méditer et qui, pour les gens d'ici, abrite des esprits bénéfiques. Et tant qu'à être à Bangli, autant profiter d'une douce promenade dans le village, à admirer ses vues et à parcourir ses temples secondaires réservés, comme partout dans chaque village, au culte des morts (Pura Dalem), des ancêtres (Pura Puseh) et aux cérémonies officielles (Pura Desa).

Tampaksiring n'est pas en reste, avec d'un côté l'étonnant site de Gunung Kawi dont on ne sait pas vraiment si les immenses monuments taillés à même la roche (par les ongles d'un géant selon la légende) ont une portée funéraire ou seulement commémorative, et de l'autre les sources sacrées de Tirta Empul, aux vertus miraculeuses, qui attirent à elles des milliers de pèlerins.


L'Ouest, entre forêt et océan

L'ouest de Bali est sans doute la région la plus sauvage mais aussi la moins fréquentée de l'île, offrant encore relativement peu de possibilité d'y séjourner et sans doute des points d'intérêts moins nombreux. Nous-mêmes, nous ne nous y sommes pas enfoncés très loin et nous sommes restreints à quelques sites parmi les plus célèbres.

Parmi eux, le Pura Taman Ayun de Mengwi, entré quelques jours seulement avant notre départ dans la liste des sites classés à l'Unesco, comme constituant du paysage culturel balinais. En tant que "temple d'eau", ce temple royal du 18ème siècle est un exemple précieux du système des subak, un moyen d'aménagement des cours d'eau par des canaux et des barrages dont l'existence remonte au IXe siècle.

Il n'est pas besoin de s'aventurer très profondément dans cette région ouest pour profiter des forêts qui la recouvrent. Non loin de Tabanan, la forêt d'Alas Kedaton, avec son petit temple privé, accueille les visiteurs pour leur faire passer un moment de détente et d'amusement en compagnie de ses nombreux singes et de ses chauves-souris. Il s'agit là d'une excellente alternative à la Monkey Forest d'Ubud dont les singes sont aujourd'hui réputés agressifs. Ici, à Alas Kedaton, aucun souci de ce genre et, en plus, extrêmement peu de touristes rôdent dans les parages.

Enfin, l'attraction phare de la côte ouest est sans conteste le célébrissime temple de Tanah Lot, en bord de mer. Bien que le temple en lui-même ne soit accessible qu'aux fidèles, il a fier allure sur son rocher planté dans l'océan. A marée basse, il y a possibilité de rejoindre ce dernier à pied et de se faire bénir par les prêtres du lieu avec l'eau d'une petite grotte. Le site offre aussi de belles balades face à la mer et au soleil couchant dès 18h environ. Quelques temples mineurs constellent les chemins, mais c'est avant tout le panorama qui retient l'attention.


Le Sud et la Péninsule de Bukit

A l'extrême sud de Bali, après avoir dépassé la ville de Denpasar et l'aéroport, on arrive sur la Péninsule de Bukit, très exposée au tourisme de masse en dépit de sa petite taille et des intérêts somme toute assez limités qu'elle présente. Si l'est de cette presqu'île est rongé par les établissements hôteliers de très haut standing, Bukit reste toutefois un petit paradis pour les surfeurs.

En ce qui nous concerne, c'est directement à Uluwatu que nous nous rendons, à l'extrême ouest de la péninsule, où un temple domine la mer depuis le sommet de sa falaise. Comparés aux autres temples balinais, le Pura Uluwatu n'est pas particulièrement mémorable, mais sa situation et son cadre le rendent assez justement célèbre. Selon nous, cela vaut vraiment la peine de s'y rendre en fin de journée pour deux raisons : tout d'abord, pour y observer un coucher de soleil qui vaut tout à fait ceux sur Tanah Lot, puis pour y assister au spectacle de danse kecak.

Le kecak est une danse très particulière puisqu'elle n'est accompagnée d'aucune musique. Ce sont les danseurs, figurant une armée de singes, qui articulent des sons répétitifs et sensés faire références aux cris des singes ou au gamelan, instrument de musique balinais. Cette manière de faire est aussi censée illustrer l'état de transe ou le susciter. Quant à l'histoire racontée, il s'agit d'un fragment de l'épopée indienne du Ramayana. Le kecak est aussi un mélange de grâce, d'action et d'humour et l'on oublie finalement assez vite l'absence de musique.

Le spectacle terminé, pourquoi ne pas s'offrir une fin de soirée romantique à Jimbaran ? Ce petit village est bordé d'une immense plage de sable blond où s'étale quantité de restaurants réputés pour leurs poissons, crustacés et fruits de mer. On y dîne directement sur la plage, face à l'océan, les pieds dans le sable et à la lueur des bougies.



Bali fut un enchantement. Même en plein mois de juillet, en dehors des zones à forte concentration touristique telles le centre d'Ubud et les sites de bord de mer, nous avons pu nous retrouver seuls sur la grande majorité des lieux visités. Malgré tout, on sent bien que tout ici, ou presque, est prévu pour le tourisme et la magnifique Île des dieux en perd un peu de son authenticité ; cela ne change rien au fait qu'il s'agit d'un des plus charmants recoins de la planète sur lesquels nous ayons voyagé. Atmosphère religieuse omniprésente, sourire constant, nature encore un peu sauvage... tout cela créé une ambiance particulière qui séduit le voyageur.

Voyage raconté par Shavhynn

Photos Carnet de voyage en Indonésie


Voir toutes les photos du voyage en Indonésie

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • S'en mettre plein les yeux : la variété des paysages de l'île est admirable, mais aussi celle des sites : aucun ne ressemble à un autre
  • Apprécier la gentillesse et le sourire des Balinais
  • Découvrir les danses traditionnelles, particulièrement grâcieuses et expressives

Les moins...

  • Partir en circuit organisé - il est tellement aisé de tout faire par soi-même !
  • Se limiter à Bali et négliger le reste de l'Indonésie
  • Loger dans le centre d'Ubud, terriblement agité et touristique. Mieux vaut privilégier les hôtels tranquiles des environs qui disposent généralement d'une navette pour le centre

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Indonésie

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter Shavhynn, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à Shavhynn
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres voyage Bali

Découvrez d'autres carnets de voyage en Bali (Indonésie) à découvrir :

Voyage en  Indonésie de 3 semaines (Août 2010) raconté par verstichel Merveilles balinaises écrit par verstichel
 

Autres carnets à découvrir

Voyage organisé en  Chine de 3 semaines (Novembre 2015) raconté par icare Approche tibétaine: Tibet (3ème partie) écrit par icare
 

Voyage organisé au  Népal de 2 semaines (Novembre 2013) raconté par icare Népal, le pays béni des Dieux écrit par icare
 

Voyage organisé au  Laos de 2 semaines (Décembre 2007) raconté par icare Pakbeng, à la rencontre des villageois écrit par icare
 

Voyage en  Inde de 2 semaines (Novembre 2017) raconté par Mimi48 Incredible India (partie 1) écrit par Mimi48
 

Trekking au  Népal de 3 semaines (Novembre 2014) raconté par icare Le Tour des Annapurna écrit par icare
 


Généré en 0,136 secondes