Au dela du cercle polaire arctique

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Europe / Finlande / Laponie / Au dela du cercle polaire arctique

La Laponie ? Ce n'est pas un pays, mais un vaste territoire qui s'étend sur 4 pays : Norvège, Suède, Finlande et Russie. Notre séjour se déroule en Laponie Finlandaise, à 3h30 de Paris, 250 km au dessus du cercle polaire et à 300 km du Cap Nord. C'est pas si loin finalement.

Première surprise, il ne fait que moins 6 degrés, donc peu de différence avec Paris. Mais il paraît que le temps change vite ici. Nous allons le vérifier.

Photo de voyage en  Finlande

Voyage organisé en Finlande de 1 semaine (Février 2013) raconté par Bergeronnette40

Partie 1. Viva Harriniva

Ce dimanche matin, nous étions encore à Paris, et à 13h30 heure locale (+ 1 heure) nous atterrissons à Kittila. Et à 15 h et quelques, nous sommes à l’hôtel HARRINIVA, après un trajet en bus de 1 heure environ pour 80 km sur une route verglacée.

Après avoir pris possession de notre chambre (un vrai appartement avec salon, cuisine, SDB et 3 lits sur la mezzanine), nous allons au magasin pour percevoir notre équipement. Pour toute la durée du séjour. Celui ci se compose d'une combinaison « grand froid », (prendre très large car on va mettre beaucoup de vêtements en dessous), une paire de bottines avec chaussons à l'intérieur, (il faut prendre deux tailles au dessus de sa taille normale), des chaussettes de l'armée finlandaise, des moufles et sous moufles en feutrine, une cagoule et un bonnet. Ces vêtements sont d'une redoutable efficacité, à aucun moment je n'ai eu froid, même quand le thermomètre est descendu.

Première règle en Laponie : ne jamais se laver le matin, ni mettre aucune crème sur le visage, car il y a de l'eau et ça gèle. Les messieurs aussi doivent attendre le soir pour se raser.
Deuxième règle : ne jamais mettre de sous vêtements en coton sous la combine, car le coton gèle. Il ne faut mettre que du synthétique.

Le soir. Verre de bienvenue : liqueur de lakka (baie locale) avec un peu de vodka et beaucoup de sprite. Au repas, notre premier saumon, un vrai régal.

Lundi. Pour notre première journée en Laponie, nous commençons le matin par une petite promenade en raquettes, ce qui nous laisse le temps de nous adapter à ce magnifique paysage de glace et de neige. Depuis la semaine dernière il est tombé 60 cm de neige, et ça continue. Ce qui donne un temps relativement doux (pour les Lapons), ce qui n'est pas normal à cette époque.

Et l'après-midi, ce sera une grande ballade en ski de fond. J'apprécie moyennement le ski de fond, d'autant plus que je faisais attention à mon entorse récente de ma cheville. J'étais vraiment vannée mais j'ai terminé les 5 km.

Aussi, en fin d'après-midi, j'ai beaucoup apprécié le sauna après cette journée bien remplie. Il est bien sûr tout en bois, avec un immense poêle central, et contrairement à ceux de chez nous, il est très humide. La tradition finlandaise veut que l'on prenne une douche froide, puis le sauna à 80 degrés, puis on va se rouler dans la neige. Certains d'entre nous l'ont fait, pour ma part, j'ai essayé timidement mais je suis vite rentrée au chaud, bien que la température extérieure n'avoisine que les moins 10 degrés. D'ailleurs ici, ils ne disent jamais le moins, mais uniquement quand c'est positif, car cela n'arrive pas souvent (de +10 à +15 l'été, c'est déjà chaud!!!)
Ah j'oubliais, il faut prononcer « sa-o-na », c'est le sport national finlandais.


Partie 2. Les chiens de traîneau

Ce mardi matin, notre groupe se sépare en deux : 5 motoneiges, et 5 attelages de chiens de traîneau.
Nous commençons donc par la ballade en traîneau. Le départ est très folklorique, car les chiens aboient à qui mieux-mieux pour faire partie de l'attelage. Certains même se battent pour ne pas laisser leur place. Résultat, ils sont punis et mis au coin pour quelques minutes... L'attelage est composé de six chiens, des huskies de Sibérie, très vigoureux.

Le husky sibérien est de taille moyenne, pas très grand. Il peut avoir une truffe marron ou noire, son pelage peut être blanc, marron, ou blanc et noir. Il est très affectueux avec l'homme, ce n'est pas un chien de garde.

D'ailleurs, en fin d'après midi nous avons visité le chenil qui se compose d'environ 400 chiens. Mais beaucoup sont partis en raid de plusieurs jours. En effet, ces chiens sont dotés d'une incroyable résistance, ils peuvent courir plusieurs jours durant sans jamais être fatigués. Les chiens les plus intelligents sont placés en tête de l'attelage. Mais ils veulent tous être en tête, même quand on s'arrête, il faut veiller à ce qu'ils ne s’emmêlent pas. Ah oui, je ne vous ai pas dit, le « musher » c'est nous ! Pas question de se faire trimbaler il faut participer. Et surtout, il faut constamment freiner leur ardeur, même en côte, et surtout malgré leur regard désapprobateur.

Nous nous arrêtons en pleine forêt pour le repas de midi. Un bon plat chaud de renne et de pommes de terre pris autour d'un bon feu pour nous réchauffer. Puis, pour le retour c'est la motoneige. C'est une initiation pour ceux qui n'en n'ont jamais fait car demain les choses sérieuses vont commencer. Et surtout, il faut faire attention au matériel, ce sont des « Bombardiers 600 » et si l'on casse, il y a une franchise de 600 euros de notre proche.

Et en fin de journée bien sur, le sauna et le repas. Et le bonus, une soirée crêpes au feu de bois.


Partie 3. Raid en motoneige et bivouac au chalet Vuontis

Ce mercredi matin, excursion au chalet Vuontis. La température a un peu baissé, il fait moins 15. Il faut mettre quatre couches sous la combine, deux caleçons ou legging, et deux paires de chaussettes. On met aussi une cagoule sous le casque. Un masque de ski peut aussi être utile car difficile de fermer la visière car elle gèle et on n'y voit rien.
Ah encore une règle en motoneige. Il faut éviter les lunettes (le verre gèle) et si possible préférer les lentilles. De même, il ne faut jamais chercher à doubler et rouler selon ses possibilités.

Donc départ au petit matin (à 10 heures) pour un raid moto de 30 km, repas en forêt, puis à nouveau 20 km. On s’arrête régulièrement pour voir si tout va bien. Tout le monde suit. Par moment, lorsque l'on passe sur un lac on fait des petites pointes de 100, 110 pour les initiés. Les débutants suivent à 80 km/heure, ce qui est dejà pas mal, car derrière ça secoue beaucoup. On a l'impression d'être sur de la tôle ondulée.

Et on arrive au chalet Vuontis. Et là quelle surprise ! Une pure merveille. Il est situé en pleine nature au bord d'un lac et rien aux alentours. Avec nos amis, on prend une chambre de 4 au rez de chaussée, en haut c'est le dortoir. Pas d'eau, ni électricité. Seulement des petites lampes à huile. C'est très chaleureux. En descendant vers le lac, il y a les toilettes, puis le sauna et enfin le trou d'eau pour les quelques courageux. Dans un premier temps les filles vont au sauna pendant que les gars jouent aux cartes. Puis c'est l'inverse (ce n'est pas mixte).

Quelques essais de pêche au trou sur le lac, trois petites perches que l'on remet immédiatement à l'eau. Mais la suprême découverte se situe un peu plus loin, vers le petit pont. Un vrai paysage de carte postale.

Belle soirée autour d'un feu, où des saumons sauvages cuisent depuis deux heures. Je ne vous dis pas le régal. Puis, on fait encore des crêpes. Et puis on a une grosse surprise. Un chaman conteur vient nous rendre visite et nous raconte l'histoire de la Laponie.

Jeudi on se réveille avec la surprise d'un thermomètre descendu à moins 25 degrés sous abri. Lorsque nous traversons le lac il fait environ moins 30. Mais qui rencontrons nous sur le lac ? La maréchaussée finlandaise. Ici c'est tolérance zéro et ils tiennent à le faire savoir. Sinon comment expliquer leur présence ici pour nous faire souffler dans le ballon à 9 heures du matin. Évidemment, ils n'ont pas fait recette. Nous par contre, on a fait une belle photo.

Après-midi libre. J'en profite pour aller me faire faire un massage de relaxation de tous les muscles. Un vrai régal. Et le rituel sauna.


Partie 4. Rennes et château de glace

C'est déjà vendredi, le temps passe vite ici. Mais tous les jours nous gagnons presque une demi heure de luminosité et depuis deux jours le soleil est avec nous. Aujourd'hui nous prenons le bus pour aller en excursion à Hetta Pallas. On remonte vers le nord.

Au bout d'une demi heure de bus, premier arrêt dans une ferme de rennes tenus par un couple habillé en costume traditionnel. Après un petit briefing sur les rennes, on fait un petit tour. Très rapide. Mais je m'imaginais le renne beaucoup plus grand, en fait, il est assez petit, comme un poney et non comme un cheval. C'est un animal sauvage que l'on ne peut guère approcher. On apprend ainsi qu'il y a plus de rennes que de Finlandais, et que les rennes femelles ont aussi des bois pendant leur grossesse, et les perdent ensuite. Monsieur Renne peut avoir un harem de 30 femelles et que les bébés rennes sont victimes des prédateurs et des automobiles...

Le bus reprend son chemin sur la route verglacée, en roulant à 90 ou 100 km heure, doublant allègrement les quelques voitures que nous rencontrons. Chez nous, ce serait déjà le plan ORSEC. On comprend mieux la colère des routiers lorsqu'ils sont bloqués en France.

Pour le repas de midi, nous nous arrêtons au château de glace. C'est vraiment spectaculaire. Chaque année, un nouvel ouvrage est construit, différent du précédent qui a fondu au printemps. Il faut environ 3 semaines à 5 personnes pour le construire. Quand on y pénètre on a l'impression qu'il fait chaud. En fait, il fait moins 5 ou moins 6. Il y a même une chambre ou l'on peut dormir.

Ensuite nous nous dirigeons vers le musée national de Hetta Pallas. Un petit diaporama sur la vie en Laponie, puis la venue d'un chanteur sâm qui nous a chanté trois chansons. On dirait presque un castra. Ses chants sont très émouvants. Puis, très organisé, il va chercher une armoire qui s'éclaire, et à l'intérieur des bijoux en argent et divers souvenirs. C'est assez joli et les prix sont corrects.

Enfin, on rentre sur Harriniva, avec un petit arrêt dans un magasin de souvenirs (le seul de notre séjour), et dans un magasin d'alcools (vente très réglementée). Alcool de lakka bien sur, mais une autre spécialité est le réglisse salé. Pas terrible à mon goût.

Le soir, encore une surprise avec le barbecue lapon, dans un kota proche de l’hôtel.

Le temps a changé. Le soleil a remplacé la neige. Contrepartie, il fait plus froid. Conclusion : activité boréale signalée.
Donc le soir nous allons sur le lac attendre ces fameuses aurores boréales. Elles sont loin, et le ciel est un peu couvert. Nous n'en verrons qu'une très petite.
Tous les photographes ont installé leur réflex sur un trépied et attendent patiemment. L'ambiance est vraiment spéciale, à 11 heures du soir par moins 35 degrés sur ce lac gelé.


Partie 5. Comment survivre en Laponie ?

Samedi. Et voilà, c'est le dernier jour. Quand on arrive à la réception, un gros panneau « - 30° » est bien mis en évidence. On va donc mettre 5 couches aujourd'hui, d'autant plus qu'on va marcher dans la forêt. Tout d'abord il faut chercher des objets enfouis dans la neige : la bouilloire, les sachets de thé et de chocolat, les petits gâteaux, les cuillères, bref de quoi se faire une petite collation.

Mais tout d'abord, il faut construire notre kota puis allumer le feu. Pour cela, il faut quelques écorces de boulot, que l'on met sous des bûches placées en quinconce. Et bien sûr, il faut des allumettes car il faut savoir qu'un briquet gèle à moins 20 degrés. Nous avons appelé notre groupe « carou » ce qui signifie « ours » en finnois. Puis nous avons élaboré un joli poème dédié à la Laponie. Le froid stimule les neurones car le résultat est un chef d’œuvre.

L'après-midi est libre, alors on décide d'aller au village de MUONIO, en longeant la rivière gelée qui fait office de frontière avec la Suède. C'est à 3 kms mais dans la neige, ça fait une heure de marche. Il y a deux supermarchés, un magasin de motos et un autre de vêtements (fermé), un de souvenirs, et … un hôpital. Il n'y a que 2500 habitants, mais le système de santé finlandais est très développé. Il arrive que des touristes inconscients y fassent une visite suite à une hypothermie, car pas assez couverts, ou parfois aussi quelques chutes en ski. Mais c'est assez rare. Dans notre groupe, pas d'incident à déplorer.

Un peu plus loin, il y a une petite station de ski de piste. Mais bien sûr, rien à voir avec nos pistes des Alpes ou des Pyrénées.

Le soir, dîner d'adieu dans la grande salle. Nous mangeons notre dernier saumon. Tous les groupes sont réunis. Pendant toute la semaine, nous avions l'impression d'être seuls, car chaque groupe a fait une activité différente sans jamais se rencontrer. Bravo pour l'organisation.

Dimanche 10 février. Le dernier jour. Nous rendons nos vêtements et nous prenons le bus à 11 heures en direction de l'aéroport de KITTILA.
L'avion décolle à l'heure malgré la piste gelée et les ailes givrées. On apprend qu'à Paris il neige, et que 30 % du trafic est annulé à Roissy. Il y a franchement de quoi rigoler.



Le froid ? Brrrr ... moi jamais ! Et pourtant ce fut un séjour inoubliable que je ne peux que recommander.
Oh Laponie, c'est promis, nous reviendrons ici.

Voyage raconté par Bergeronnette40

Photos Carnet de voyage en Finlande


Voir toutes les photos du voyage en Finlande

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • S'habiller en multi-couches, et prévoir combinaison ample
  • Pareil pour les chaussures, choisir 2 tailles au dessus de sa pointure normale (le pied ne doit pas être comprimé). Préférer les moufles aux gants. Possible gants de soie en dessous.
  • Motoneige : respecter les consignes de sécurité, alcool tolérance zéro
  • Préférer les lentilles aux lunettes de vue dans la mesure du possible
  • Boire beaucoup d'eau car on se déshydrate rapidement avec le froid, pas le matin mais le soir de préférence

Les moins...

  • Ne pas se laver le matin, ni mettre aucune crème sur le visage
  • Ne pas porter de vêtements en coton sous la combinaison (que du synthétique)
  • Rennes : ne pas essayer de les caresser
  • Appareil photo : ne pas le mettre dans un sac à dos, mais plutôt à l'intérieur de la combinaison. Attendre quelques secondes avant de s'en servir (idem camescope)
  • Inutile de se charger de vetements de ski, ils ne sont pas adaptés

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Finlande

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter Bergeronnette40, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à Bergeronnette40
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres voyage Laponie

Découvrez d'autres carnets de voyage en Laponie (Finlande) à découvrir :

Voyage organisé en  Finlande de 1 semaine (Février 2002) raconté par poubely Motoneige en Laponie écrit par poubely
 

Autres carnets à découvrir

Voyage A la découverte de la la Toscane - 2017 écrit par bentec
 

Voyage Turin, Gênes et les Cinque Terre - 2017 écrit par bentec
 

Voyage au  Languedoc-Roussillon de 2 semaines (Septembre 2010) raconté par icare Les Cévennes, un retour à la nature écrit par icare
 

Voyage Rome, Naples et l'Italie du Sud - 2018 écrit par bentec
 

Voyage L'Italie du Nord et la Toscane - 2017 écrit par bentec
 


Généré en 0,042 secondes