Islande, mariage de la glace et du feu

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Europe / Islande / Islande, mariage de la glace et du feu

Un voyage de huit jours nous a permis de découvrir les sites incontournables de cette île mystérieuse qui dispose d'une étonnante variété de paysages comme nulle part ailleurs.

Photo de voyage en  Islande

Voyage organisé en Islande de 1 semaine (Juin 2013) raconté par icare

L'Islande, une découverte étonnante

L'Islande, ça faisait longtemps que nous avions envie de la découvrir. L'occasion s'est présentée à nous, et avec un couple d'amis, nous avons choisi d'en faire le tour pour une première approche du 2 au 9 juin 2013.

Notre circuit a duré huit jours, et après avoir pris pas mal de renseignements dans les guides et sur internet, nous avons essayé de partir à la bonne période, c'est à dire avant l'arrivée des touristes en juillet et août et en espérant bénéficier d'une météo clémente. Vous constaterez d'après les albums que cette dernière n'a pas toujours été de sympa avec nous!

Ceci dit, il ne pleut pas des journées entières et une des caractéristiques du climat islandais, c'est son étonnante variabilité, liée à une circulation atmosphérique très rapide. Le ciel est d'ailleurs en perpétuel mouvement. Un proverbe islandais résume bien le phénomène: "Si vous n'êtes pas content du climat, attendez cinq minutes ! "

Question température entre 11 °C et 20 °C, mais attention aussi aux vents fréquents. Pulls, bonnets, écharpes, coupe-vent déperlant ne sont pas superflus ainsi que de bonnes chaussures de marche.

Autre phénomène en ce mois de juin: à cause de la latitude de l’Islande, il n'a fait jamais nuit. Cela peut-être perturbant, mais nos hôtels et guesthouses étaient équipés de rideaux occultant. La montre aussi est utile car on perd vite les repères du jour et de la nuit, d’autant plus que les paysages sont alors nimbés d’une lumière très particulière.

Voici notre périple:

1er jour:
- Tôt le matin, envol pour Keflavik,
- Lagon Bleu,
- Balade dans Reykjavik.

2ème jour:
- Visite du "Cercle d’Or" qui regroupe les principaux sites de Thingvellir, Geysir et Gullfoss,
- Chutes de Seljalandsfoss et Skógafoss,
- Visite du musée de Skógar,
- Vik i Myrdal,

3ème jour:
- Mýrdalur, paysage de sable noir, pour arriver sur le champ de lave Eldhraun (la lave de feu), coulée la plus importante du monde,
- Chute de Svartifoss,
- Le glacier Svinafellsjökull,
- Jökulsárlón, où flottent des icebergs enfantés par le glacier Breiðamerkurjökull,
- Höfn, petite ville de 1 750 habitants posée au pied du glacier, Vatnajökull d’un côté, et par l’océan de l’autre,
- Skaftafell, le plus grand Parc National islandais, situé au pied du plus grand glacier d’Europe, le Vatnajökull.

4ème jour:
- paysages variés et contrastés de l’Est: fjords impressionnants aux paisibles villages de pêche, vallées fertiles et boisées aux phénomènes géologiques exceptionnels,
- Fáskrúðsfjörður: visite du cimetière des marins français ainsi que le musée des pêcheurs français "Fransmenn á Íslandi",
- Cascade Hengifoss,

5ème jour:
- Chutede Dettifoss, la plus puissante d’Europe,
- Région du lac de Mývatn,
- Cratère Viti,
- Zone de Krafla, une caldeira large d’une dizaine de kilomètres, aujourd’hui comblée par les laves.
- Námaskarð, site de solfatares (fumerolle rejetant d’importantes quantités de soufre) et de marmites bouillantes,
- Cratère Hverfjall,
- Chutes de Goðafoss,

6ème jour:
- Akureyri - éco-musée Glaumbaer,
- Cascades de Hraunfossar et de Barnafoss,
- Usine géothermique de Deildartunguhver,
- Station baleinière de Hvalfjörður,

7ème jour:
- journée consacrée à Reykjavik: musée national, églises, quartier historique, le port, etc...

8ème jour:
- Retour en France.


Blue Lagoon, un endroit irréel

Arrivés à l'aéroport de Keflavik, nous prenons un bus, direction le Blue Lagoon. Il s'agit d'une station thermale située dans le sud-ouest de l'Islande, sur la péninsule de Reykjanes, à quatorze kilomètres de l’aéroport international de Keflavík et à quarante minutes au sud-ouest de la capitale Reykjavik. Donc très facile, pour les amateurs de bains, de s'y rendre à l'arrivée ou au retour.

Ce jour là, la température est d'environ 11 °C, sans vent et pluie, le ciel est mitigé entre éclaircies et nuages. Sur la route nous traversons une zone volcanique désertique, sans végétation, mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises!


Première découverte de Reykjavik

Après avoir déposé nos bagages à l'hôtel, situé à environ 1km de la capitale, nous décidons de partir à pied pour rejoindre Reykjavik (la "baie des fumées").

La ville tient son nom du Landnámabók (Livre de la colonisation) qui mentionne les vapeurs qui proviennent des sources d'eau chaude de la région.

Le chauffage de la ville est assuré par la géothermie. On trouve des bornes de vapeur un peu partout dans les rues. Des tuyaux d'eau chaude sont installés sous la chaussée et les trottoirs pour les chauffer en hiver, si, si c'est vrai!

Comme à Blue Lagoon, pas de pluie, un ciel assez dégagé mais le vent s'est levé, au moins c'est tonique. Impossible de se perdre, il suffit de prendre la longue avenue, d'aller tout droit, de longer la mer, de passer devant la salle de concerts Harpa et nous arrivons au centre ville.


Les trois joyaux du Cercle d'Or

Tôt le matin, un coup d'oeil à la fenêtre: c'est un temps couvert qui nous attend! Cette journée va être consacrée à la visite du "Cercle d'Or" qui regroupe trois sites: Thingvellir, Geysir et Gulfoss.

Après un solide petit déjeuner, nous prenons la route 37 qui va nous conduire au parc national de Thingvellir (les "Plaines du Parlement" et "Þingvellir" en islandais), inscrit au patrimoine de l'UNESCO depuis 2004. Le site suscite un profond respect pour les Islandais, tant pour son passé historique que pour la beauté des lieux. Situé sur le grand rift atlantique (fossé d'effondrement) qui traverse l'Islande, Þingvellir est le siège d'une activité tectonique incroyable: la dérive de deux continents, c'est à dire la séparation de la plaque nord-américaine et de la plaque eurasienne. C'est dans ce cadre grandiose que les islandais créèrent le premier parlement au monde, l'Althing, en 930 et que l'indépendance de l'Islande y fut proclamée le 17 juin 1944.

Malheureusement, en arrivant c'est un véritable déluge qui s'abat sur nous et nous ne pourrons voir que la faille de Almannagjá (la "Faille du Peuple), sans sortir l'appareil photo! Extrêmement déçus, nous reprenons la route pour Geysir, heureusement pour nous, il pleut un peu moins fort et nous pourrons réaliser quelques clichés. Enfin aux chutes de Gollfuss, le ciel sera plus clément.


Le musée folklorique de Skógar

Accroché au bord de la falaise, le musée de Skógar mérite vraiment qu'on s'y arrête si on veut comprendre le mode de vie des Islandais du Sud de l'île, notamment au début du XXe siècle. Il a été créé par Mr Tomasson en 1949, passionné par l'histoire de son pays.

Le musée est composé de plusieurs maisons reconstruites à partir de divers édifices des environs, d'une école, d'une église ainsi que d'une ferme traditionnelle en tourbe de la fin du XIXe siècle. Le bâtiment principal renferme une importante collection de plus de 6000 objets usuels anciens. Plus loin on trouve la centrale électrique de Breiðabólsstaður et enfin le Musée des Transports, qui retrace l’histoire des communications et de la technologie en Islande aux XIXe et XXe siècles.

Ce jour-là, nous avons eu de la chance: les explications nous ont été données par une jeune guide française qui réside là-bas et nous avons rencontré le fondateur du musée, un monsieur âgé de plus de 90 ans, qui nous a joué un air sur un instrument de musique à cordes nommé langspil.


Trésor et légendes de Skógafoss et de Vik

Après la visite du musée de Skógar, nous allons essayer de trouver le trésor de la chute de Skógafoss (Skógá est le nom de la rivière qui signifie "forêt", et foss "la chute d'eau"). Puis nous irons sur la plage de Vik, réputée pour ses orgues basaltiques et son sable noir.

Après cette journée bien remplie nous rejoindrons notre hôtel "Edda Vik i Myrdal,". Il s'agit d'établissements scolaires transformés en hôtel pendant les vacances scolaires, celui-ci est très bien. Nous logeons dans des petits chalets (chambres avec sanitaires privés), d'autres sont, parait-il, des dortoirs avec sanitaires en commun. Cet hôtel constitue un point de chute idéal pour explorer la côte Sud de l'Islande.


Le parc national de Skaftafell, une nature grandiose

C'est une journée inoubliable qui s'offre à nous, le soleil ne se montrera quasiment pas mais ce n'est pas plus mal car ça nous permettra de découvrir la géologie islandaise dans un environnement hostile mais ô combien fascinant! Le parc national de Skaftafell, fondé en 1967, est le plus grand parc national d'Islande (fusionné depuis le 7 juin 2008 avec le nouveau parc national du Vatnajökull et avec celui de Jökulsárgljúfur).

Nous reprenons donc la route N°1 à travers un paysage de sable noir pour arriver sur le champ de lave d'Eldhraun (la "Lave de Feu"), coulée la plus importante au monde! Puis ce sera la traversée du Skeioararsandur, une plaine alluviale qui se dresse entre un glacier et la mer. Une balade vers vers la chute de Svartifoss, puis découverte de Svinafellsjökull, une des nombreuses langues glaciaires de l'immense Vatnajökull! Que de noms imprononçables, mais prenons la route...


Jökulsarlon, un lac glaciaire spectaculaire

Notre journée va s'achever par la découverte d'un site exceptionnel et fascinant, certes sans soleil, mais sans pluie et quelque soit la météo les couleurs sont magnifiques! Nous reprenons donc la route pour arriver au lac de Jökulsárlón, où flottent des icebergs enfantés par le Breiðamerkurjökull, une langue glaciaire du Vatnajokull.

Connaissant le "Parc National Los Glaciares" en Argentine (Périto Moreno, Seco, Onelli, Upsala et Spegazzini) et le Spitzberg (Norvège), je craignais d'être un peu déçue mais ce ne fut pas le cas car le souvenir est inoubliable. Si les glaciers et icebergs argentins sont des cathédrales de glace plus impressionnantes par leur volume, ici le décor est tout aussi extraordinaire. Il m'a d'ailleurs été difficile de faire un choix dans les photos tant le spectacle des icebergs est changeant, c'est vraiment le paradis des amateurs de photos!


Les fjords de l'Est

Comme chaque matin au réveil, un coup d'oeil à la fenêtre: ciel bleu et soleil sont enfin au rendez-vous. Espérons que ça dure car une très longue et belle journée nous attend!

Nous prenons donc la route n°1 à travers les paysages variés et contrastés de l’Est: des fjords impressionnants aux paisibles villages de pêche aux noms imprononçables (Djúpivogur, Reyðarfjörður, Breiðalsvík, Eyjafjördur), des vallées fertiles et boisées aux phénomènes géologiques exceptionnels.

Puis nous arrivons au fjord Fáskrúðsfjörður, dont le village fut fondé par des marins français (les fameux "pêcheurs d’Islande" de Pierre Loti). Partant de Paimpol, Lorient et Dunkerque, ils écumaient les eaux poissonneuses, au large des côtes islandaises, lors de longues et périlleuses campagnes du XIXe siècle jusqu’en 1914.


Cascades de Litlanesfoss et Hengifoss et les chevaux des Vikings

Nous reprenons la route n°1 et traversons le lac Lagarfljót (Lögurinn) pour arriver aux chutes de Litlanesfoss et Hengifoss (foss: cascade en islandais).

Lítlanesfoss est une chute entourée de colonnes de basalte. Plus loin, celle de Hengifoss est enchâssée dans un cirque creusé par l'érosion. Selon votre niveau, compter 1h30/2h AR.

Nous passerons deux nuits à Eyjólfsstaðir Guesthouse, une ancienne ferme transformée en hôtellerie. Située au début de la forêt de Hallormstaður avec vue sur le lac et les montagnes enneigées, le paysage est remarquable. C'est là, après le dîner et le lendemain matin, que nous aurons l'occasion d'aller rendre visite aux chevaux islandais.


Dettifoss, Krafla, Námaskarð: la glace, l'eau et le feu

Comme d'habitude, un coup d'oeil à la fenêtre: la journée s'annonce très belle, c'est une chance car dans cette région désertique du Nord-Est la nature est grandiose! Après une bonne nuit et un solide petit-déjeuner, nous prenons la route N° 1 et la piste 864 (rive orientale) pour découvrir la chute de Dettifoss, la plus puissante d’Europe.

Nous repartons en longeant le lac de Mývatn, sa faune aviaire unique et ses paysages exceptionnels mais, hélas, manque de temps pour s'arrêter. Ce lac est alimenté par des sources souterraines, chaudes et froides. Sa particularité est d’être situé sur la dorsale atlantique, et donc, d’avoir une activité volcanique intense (9 éruptions ces 32 dernières années).

Changement radical de paysages, nous arrivons dans la zone volcanique du Krafla, une caldeira large d’une dizaine de kilomètres, aujourd’hui comblée par les laves. Puis ce sera la découverte d'un paysage lunaire avec Námaskarð, site de solfatares (fumerolles rejetant d’importantes quantités de soufre) et de marmites bouillantes très impressionnantes.


Le lac Myvatn, le cratère Hverfjall et la chute Goðafoss

Nous reprenons la route autour du lac Mývatn ("le lac des mouches"). C'est l'unique endroit habité des hautes terres et ce depuis l'installation des Vikings, entre les IXe et Xe siècles. Troisième étendue d'eau naturelle du pays, il reste gelé six mois de l'année. Son nom vient des nuées de moucherons dont se nourrissent les canards qui peuplent les bords du lac en été. Un arrêt à Myvatn Nature Bath, puis balade pour grimper en haut du cratère Hverfjall et enfin découverte des cascades Goðafoss à l'atmosphère unique.


La ferme de Glaumbær

Chic, ce matin c'est encore un jour sans pluie! Depuis Varmahlid, la route 75 va nous mener jusqu'à l'ancienne ferme en tourbe de Glaumbaer, transformée en éco-musée, au milieu d'un espace désertique. Il s'agit d'un ensemble de fermes traditionnelles du XVIIIe et XIXe siècles, liées entre elles par un long couloir central. Ces constructions sont en bois, le toit est recouvert d'épaisses couches de tourbe sur lesquelles pousse du gazon. Cet épais tapis sert à imperméabiliser et protéger l'édifice. Les fermes sont partiellement enterrées.

L'ensemble est composé de plusieurs pièces aménagées comme l'étaient les fermes du XVIIIe siècle. La cuisine, le garde manger, comme les chambres, témoignent de la vie dure que les habitants de l'île pouvaient mener à cette époque. Une partie de cette ferme était encore habitée jusqu'en 1947. Il existe d'autres exemples de fermes en tourbe en Islande, mais la ferme de Glaumbær est l'un des plus beaux exemples du genre.


Les cascades de Hraunfossar et Barnafoss et l'usine géothermique de Deildartunguhver

Une fois de plus nous reprenons la route pour découvrir Hraunfossar et Barnafoss: il s'agit de deux surprenantes cascades situées près de la rive sud de la rivière Hvítá, au pied du Langjökull, à 6 km de Húsafell.

Hraunfossar ("les chutes de la lave"), sont une suite de mini-cascades qui s'étalent sur environ un kilomètre de long. En amont des cascades Hraunfossar, Barnafoss ("la chute des enfants"), plus puissante, est impressionnante de beauté.

Après une agréable balade à pied, nous repartons en direction de l'usine géothermique de Deildartunguhver. Puis avant d'arriver sur la capitale Reykjavik, nous faisons un arrêt à la station baleinière de Hvalfjörður.


Retour à Reykjavik

Le voyage touche déjà à sa fin, nous voici de retour dans la capitale de Reykjavik. Après une bonne nuit de sommeil, nous décidons d'aller passer la journée en ville. Nous voulons retenir une table au restaurant "Þrír Frakkar" (aux "Trois Français"), qui n’a d’hexagonal, paraît-il, que le nom! Ce restaurant est très couru (et cher) pour ses spécialités de poissons et ses plats plus typiques comme le renne, les oeufs de guillemots, les steaks de baleine, le macareux fumé (mais pas pour moi la baleine et les macareux).

De toute façon, c'est jour de fermeture, nous irons donc déjeuner au Café de Paris, après voir visité le Musée National (Þjóðminjasafn). Ce musée mérite vraiment qu'on y passe 2/3 heures. On y trouve de précieuses œuvres d'art et des objets de la culture islandaise, tels que des bijoux, des armes ou des objets de la vie quotidienne. Le musée traite également de l'histoire de l'Islande à travers, notamment, des logiciels informatiques.

Puis ce sera une dernière balade vers le port avant de rentrer boucler nos valises à l'hôtel.

L'Islande m'a laissé un souvenir merveilleux, dû à sa géologie surprenante et magnifique. J'espère y retourner un jour, mais déjà le dernier album est en ligne qu'une nouvelle destination m'attend.



Un circuit qui nous a permis de découvrir des sites incontournables. Chaque étape du voyage nous a permis d'apprécier la richesse étonnante des paysages islandais, sans oublier les chevaux et moutons qu'on rencontrent le long des routes. Notre souhait serait d'y retourner un jour en louant une voiture pour approcher le coeur de l'île aux espaces grandioses et plus sauvages.

Voyage raconté par icare

Photos Carnet de voyage en Islande


Voir toutes les photos du voyage en Islande

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • Ne pas oublier chaussures de marche, coupe-vent déperlant, pull, etc...
  • Goûter la cuisine islandaise (soupe Kjötsúpa à l'agneau, poisson, skyr, etc...).

Les moins...

  • Rien à déconseiller au niveau des visites, dépaysement garanti!

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Islande

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter icare, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à icare
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres voyage Islande

Découvrez d'autres carnets de voyage en Islande (Islande) à découvrir :

Voyage en  Islande de 3 semaines (Août 2012) raconté par globephil Islande à vélo écrit par globephil
 

Autres carnets à découvrir

Voyage A la découverte de la la Toscane - 2017 écrit par bentec
 

Voyage Turin, Gênes et les Cinque Terre - 2017 écrit par bentec
 

Voyage au  Languedoc-Roussillon de 2 semaines (Septembre 2010) raconté par icare Les Cévennes, un retour à la nature écrit par icare
 

Voyage Rome, Naples et l'Italie du Sud - 2018 écrit par bentec
 

Voyage L'Italie du Nord et la Toscane - 2017 écrit par bentec
 


Généré en 0,045 secondes