Les routes du Ladakh, Carnet N°1

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Asie / Inde / Jammu-et-Cachemire / Les routes du Ladakh, Carnet N°1

Après le Népal en 2013 et le Tibet en 2015, nous décidons d'aller au Ladakh, un ancien royaume de culture tibétaine qui, depuis 1947, appartient à l'État du Jammu-Cachemire indien. C'est une partie de l'Inde très différente du reste du pays puisque très proche du Tibet, d'ailleurs le Ladakh est fréquemment appelé "Petit Tibet".

Pour nous ce voyage se divise en deux parties car avant d'arriver au Ladakh nous passons par Amritsar (Pendjab) et par Dharamsala (Himachal Pradesh).

Photo de voyage en  Inde

Voyage organisé en Inde de 2 semaines (Septembre 2016) raconté par icare

Présentatation

Le territoire originel du royaume du Ladakh est maintenant divisé entre l'Inde, le Pakistan et l'Aksai Chin, un district conquis par la Chine à la suite du conflit sino-indien de 1962.

D'une superficie d'environ 60 000 km², le Ladakh est constitué de chaînes montagneuses et de hauts plateaux désertiques enserrés entre la chaîne du Karakoram au nord et celle de l'Himalaya au sud. Pays au climat qualifié de semi-désertique, il est drainé par le fleuve Indus, qui le traverse d'est en ouest, et par les rivières Shyok et Nubra, ses principaux affluents. Quatre chaînes montagneuses ont sculpté son relief: le Grand Himalaya au sud, la chaîne du Zanskar un peu plus au nord, la chaîne du Ladakh encore plus au nord, et la chaîne du Saser, appartenant à la haute chaîne du Karakoram.

Plutôt que de prendre un avion qui nous mènerait à Leh, la capitale du Ladakh, nous choisissons d’y aller par la route depuis Manali, ce qui nous permettra d’apprécier les superbes paysages et de nous acclimater progressivement à l'altitude.

Manali/Leh c’est 480 km de route de haute montagne avec une succession de cols (6 à franchir), dont trois à des altitudes de 4 880m, 5 065m et 5 360m, ce qui en fait la deuxième route carrossable la plus haute du monde.

C'est dans un confortable véhicule Toyata Innova, climatisé et adapté au terrain, que nous allons nous déplacer, nous sommes 4 avec le chauffeur, ce qui nous permet d'avoir chacun une fenêtre.
Avant d'entamer la route à Manali nous nous arrêterons à Amritsar, puis à Dharamsala.


Amritsar: le Temple d'Or (Harmandir Sahib)

Amritsar, située dans l'état du Pendjab, est une ville embouteillée et ne présente pas un grand intérêt, mais elle possède un véritable trésor qu'il ne faut pas rater si on passe par là, il s'agit du Harmandir Sahib, appelé plus communément Golden Temple (Temple d'Or), haut lieu saint du sikhisme. Cet édifice socio-religieux attire les sikhs du monde entier, mais aussi les hindous, les musulmans et les touristes.
Sa construction a été ordonnée en 1601 par Gurû Arjan, 5e maître spirituel des sikhs, à l’endroit même où le premier d'entre eux, Gurû Nanak, venait méditer.

Détruit lors d'une invasion afghane en 1757, l'édifice a été reconstruit huit ans après.
Le 5 juin 1984, le temple fut le théâtre d'une opération militaire ordonnée par le Premier ministre indien, Indira Gandhi, dans le but de déloger les indépendantistes sikhs qui s'y étaient retranchés. Ce massacre fit officiellement 493 morts (dont 100 femmes et 75 enfants) et 86 blessés. Cela ne fit qu'attiser la haine et eut pour conséquence l'assassinat d'Indira Gandhi quatre mois plus tard par ses gardes du corps... des sikhs.

Le sikhisme est une religion monothéiste fondée dans le nord de l'Inde au XVe siècle par le Gurû Nanak (1469-1539), né près de Lahore dans l'actuel Pakistan, dans une famille hindoue de caste marchande. Ses adeptes croient en un seul Dieu suprême et éternel, ils ne peuvent avoir foi en aucun autre prophète et ne croient pas à l'adoration des idoles et aux superstitions; le paradis et l’enfer n’existent que dans ce monde. Cette religion est basée sur les théories du karma et du samsara (réincarnation), mais il est possible d'éviter ce cycle des réincarnations et d'atteindre le salut ou la libération (mukti) de son âme en renonçant aux vices humains (alcool, tabac, viande ou jeux de hasard) et en menant une vie intègre, honnête et une existence normale.


Amritsar: le Jalianwala Bagh

Le Jalianwala Bagh est un autre lieu qu'il faut visiter, c'est un jardin situé à environ 200 mètres du Temple d'Or.

La quiétude qui s'en dégage contraste avec les horreurs qui ont été commises le 13 avril 1919. Ce jour-là, lassés de l'emprise britannique, les habitants d'Amritsar décident d'organiser un rassemblement pacifique dans le parc. Très vite, des dizaines de soldats sont envoyés sur place et ouvrent le feu, faisant 379 morts et blessant environ 1200 personnes. L'évènement fut condamné dans le monde entier et provoqua des nombreuses manifestations à travers l'Inde; il marqua un moment fort vers le chemin de l'indépendance indienne. On peut y voir aujourd'hui un émouvant mémorial.


Dharamsala: l'Institut Norbulingka

Dharamsala est située à 1 800 m d'altitude dans l'état de l'Himachal Pradesh. La ville se divise en deux parties: la ville basse et la ville haute, plus connue sous le nom de McLeodganj. Surnommée le " petit Lhassa", près de 15 000 réfugiés tibétains y vivent autour de la résidence du 14e Dalaï-lama, Tenzin Gyatso en exil du Tibet depuis 1959.

Lorsque nous arrivons la température est de 29°, il fait lourd et malheureusement une pluie torrentielle va s'abattre sur la ville et aux alentours pendant les 2 jours que nous devons y passer.

Notre première visite est pour l'Institut Norbulingka; c'est un centre de conservation des arts et de la culture tibétaine. Il est dirigé par Mr Kelsang Yeshi, ancien ministre de la culture de l’Administration tibétaine en exil, et son épouse francophone, Mme Kim Yeshi.

Il assure à plus de 300 artisans, parmi les artistes les plus doués et leurs apprentis, un cadre exceptionnel dans lequel ils peuvent préserver les coutumes traditionnelles, développer leur potentiel et adapter leurs talents aux besoins actuels. Les compétences préservées et transmises à Norbulingka concernent la statuaire, la peinture et l’application sur thangka, la sculpture sur bois et l’art des métaux.


Dharamsala: village de Naddi

Ce matin nous allons effectuer une petite marche pour aller à la rencontre de la communauté des Gaddi, dans le village de Naddi.

Originaires du Rajasthan, ils vivent principalement dans les états de l'Himachal Pradesh et du Jammu-et-Cachemire. Ils sont hindous et appartiennent à plusieurs castes, y compris Brahmane, Rajput, Dhangar, Khatri, Rana et Thakur.

Ce sont des éleveurs nomades qui se déplacent avec leurs troupeaux tout au long de l'année dans l'Himalaya, à la recherche de pâturages. Le changement climatique, la construction de routes, d'hôtels, etc... ont provoqué une pénurie de terres de pâturages et fait de l'élevage une activité difficile. De nos jours les nouvelles générations se montrent réticentes à poursuivre les activités traditionnelles et sont plus enclins à mener une vie sédentaire dans des villages.


Dharamsala: Tsuglagklang, centre de médecine et d'astrologie tibétaines, monastère de Gangchen Kyishong

L'après-midi, nous nous rendons au Tsuglagklang (photos interdites), un complexe qui abrite la résidence privée du dalaï-lama (fermée au public) et le Namgyal, un monastère où deux bâtiments ont été construits: le temple principal du monastère, et un temple consacré au Kalachakra. Ce dernier est décoré de fresques représentant les 722 déités du mandala, émanant du Bouddha Shakyamuni. Les moines reçoivent les enseignements du Bouddha et s'exercent aux joutes oratoires, Pas de promenade à l'extérieur, vu la météo.

Ensuite visite du centre de médecine et d'astrologie tibétaines, refondé en 1961, par le Dalaï Lama. On y enseigne et on y développe aujourd'hui la médecine tibétaine.

Visite du monastère de Gangchen Kyishong, centre administratif du gouvernement tibétain en exil.

En fin de journée, malgré le mauvais temps, nous allons faire un tour dans la quartier de McLeod Ganj, mais quasiment pas de photos.


Baijnath: le temple dédié à Shiva

De bon matin nous prenons la route de Kullu pour rejoindre Manali, mais en chemin nous faisons un arrêt à Baijnath pour visiter le temple hindou dédié à la divinité Vaidyanath (ou Baidyanath), une forme de Shiva en tant que "Seigneur des médecins", représentée par un Shiva Lingam.

Il s'agit d'un temple d'une finesse exceptionnelle, de petite taille mais d'une grande valeur esthétique, qui attire beaucoup de touristes et de pèlerins de toute l'Inde et de l'étranger tout au long de l'année, et à l'occasion de la fête religieuse de la Shivaratri.

On trouve l'histoire de ce temple sur deux inscriptions gravées sur les murs du mandapa (pavillon à piliers): autrefois, la ville de Kiragrama (la Baijnath moderne) était située sur les bords de la rivière Binduka. Dans la ville résidaient deux frères, Manyuka et Ahuka, fils d’un marchand nommé Siddha. Par dévotion pour Shiva Vaidyanatha, ils décidèrent de construire un temple vers 1204. Les inscriptions nous apprennent également qu’un Shivalinga (symbole du dieu Shiva) était déjà présent à l’emplacement du temple mais que ce lieu saint ne possédait pas de porche.

Au XVIIIe siècle, Sansara Chandra II, roi de Kangra, décida d’effectuer de vastes réparations. Une inscription trouvée dans le temple mentionne la date de 1783.
En 1905 un tremblement de terre endommagea le lieu saint, qui fut réparé depuis et placé sous la direction des services archéologiques indiens.


Halte à Manali

Situé au coeur d'une vallée couverte de vergers de pommiers et de pruniers, Manali est un ancien village de montagne, devenu aujourd'hui l'endroit le plus touristique de l'Himachal Pradesh pour ses treks dans l'himalaya.

Nous ferons une halte dans cette petite ville pour une nuit avant de prendre la route des Hauts Cols.



Un début de circuit totalement réussi avec la visite de ces deux villes hautement symboliques que sont Amritsar et Dharamsala.
La 2ème partie du voyage, de Manali à Leh, fera l'objet d'un autre carnet car nous rentrerons dans un autre monde.

Voyage raconté par icare

Photos Carnet de voyage en Inde


Voir toutes les photos du voyage en Inde

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • Visiter le temple d'Or à toute heure mais surtout en fin de journée
  • Ne pas rater le temple de Baijnath
  • Privilégier les hôtels de charme, vous ne le regretterez pas

Les moins...

  • Ne pas faire de photos où c'est interdit
  • Eviter de dormir au centre ville de Manali, trop bruyant

Que pensez-vous de ce carnet de voyage en Inde

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter icare, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à icare
Rechercher sur le site (+ d'option)
Autres voyage Jammu-et-Cachemire

Découvrez d'autres carnets de voyage en Jammu-et-Cachemire (Inde) à découvrir :

Voyage organisé en  Inde de 2 semaines (Septembre 2016) raconté par icare Les routes du Ladakh, Carnet N°3 écrit par icare
 

Trekking en  Inde de 1 mois (Août 2004) raconté par globe trotter Trek au Ladakh-Zanskar (août 2004) écrit par globe trotter
 

Voyage organisé en  Inde de 2 semaines (Septembre 2016) raconté par icare Les routes du Ladakh, Carnet N°2 écrit par icare
 

Autres carnets à découvrir

Voyage organisé en  Chine de 3 semaines (Novembre 2015) raconté par icare Approche tibétaine: Tibet (3ème partie) écrit par icare
 

Voyage organisé au  Népal de 2 semaines (Novembre 2013) raconté par icare Népal, le pays béni des Dieux écrit par icare
 

Voyage organisé au  Laos de 2 semaines (Décembre 2007) raconté par icare Pakbeng, à la rencontre des villageois écrit par icare
 


Généré en 0,059 secondes