Pura Vida

Vous êtes ici : Accueil / Vos voyages / Amérique Centrale / Costa Rica / Pura Vida

Ce petit pays d'Amérique Centrale (51 000 km2) est connu pour sa faune et sa flore, ses volcans (116 volcans dont 5 actifs), ses nombreux parcs nationaux, son éco-tourisme, sa nourriture bonne et variée. Sans oublier la diversité de ses paysages (forêt tropicale sèche ou humide, plaines, plages de sable fin...).
C'est aussi le pays de la vie paisible. Le slogan étant "pura vida". C'est dire si le pays est tourné vers la nature !

Photo de voyage au  Costa Rica

Voyage organisé au Costa Rica de 1 semaine (Avril 2017) raconté par Bergeronnette40

San José, la capitale

Nous atterrissons à San José, vendredi 31 mars, après 11 h de vol depuis Madrid (vol très moyen avec Iberia que je ne recommande pas). Première bonne surprise : notre groupe ne comporte que 4 personnes. Du privatif, quoi ! Nous avons un guide, un chauffeur et un mini bus pour 4.

Nous arrivons en plein après-midi (partis de Madrid à 11 h 40 mais avec 8 heures de décalage horaire) mais nous n'aurons pas le temps de faire grand chose. En effet, le nouvel aéroport se trouve à ALAJUELA à environ 40 km de San José et nous mettrons plus de 2 heures pour rejoindre notre hôtel. Comme on est vendredi on prend nos précautions de faire du change et d'acheter de l'eau (1 US dollar = 555 colones).
Demain nous commencerons nos visites après une bonne nuit de récupération.

San José est la capitale du Costa Rica depuis 1823 à la place de CARTAGO, et la ville la plus importante avec plus de 2,5 millions d'habitants, soit presque la moitié de la population totale du pays. Ce qui explique les embouteillages monstres.
Située à 1200 m d'altitude, dans la vallée centrale, elle jouit d'un climat tempéré toute l'année. Elle est entourée de montagnes et de volcans.

La ville ne présente pas un grand intérêt sauf le Musée de l'Or, sur la Place de la Culture qui offre dans une présentation soignée, l'une des plus riches collections de bijoux, parures, objets religieux précolombiens d'Amérique latine.

Il faut voir aussi le théâtre national, Symbole des aspirations européennes de la société libérale des producteurs de café, le théâtre National fut construit à la fin du XIXe siècle (inauguré en 1897) grâce aux impôts prélevés sur le café. Très bel édifice avec une façade néo classique,. L'intérieur est également richement décoré et on peut le visiter.

Un petit tour aussi au « MERCADO CENTRAL » ou l'on peut voir tous les beaux fruits et légumes du Costa Rica que nous aurons le plaisir de déguster tout au long de ce circuit.

Demain, nous allons visiter notre premier volcan.


Le volcan Poas, très actif

1er avril. Nous allons découvrir le Volcan POAS, l’un des volcans les plus actifs du Costa Rica et qui a connu au moins 39 épisodes éruptifs depuis 1828.

L'éruption de 1910 a été particulièrement forte, son activité est telle qu'un geyser de cendre, lave et gaz fut projeté à 8 000 m de haut !

En mai 1989 et 1994 l'activité a été si importante que les habitants de la région ont dû être évacués. Les vulcanologues estiment que la chambre magmatique n'est qu'à quelque 400 m sous le lac !

Ce volcan, situé à 37 km au nord-ouest de la capitale San José, mérite d’être vu. Il se trouve proche de la ville de ALAJUELA et culmine à 2 704 m d’altitude. Il est intégré au parc national du volcan POAS (Parque Nacional Volcán Poás) dans la Cordillère Centrale.

Son cratère principal (2 574 m) est le plus spectaculaire avec ses 1 320 m de diamètre et 300 m de profondeur. Depuis l'éruption de 1953, il héberge un lac acide qui dégage régulièrement des vapeurs sulfurées toxiques qui retombent en pluies acides.

D'ailleurs, sur le chemin menant à ce cratère, on peut constater les effets de ces pluies acides sur une plante de type broméliacée, appelée « le parapluie du pauvre » car les feuilles très grandes ressemblent à des feuilles de rhubarbe et sont idéales pour se protéger de la pluie. Mais elles sont pleines de trous !

Originellement les Ticos (nom familier des Costariciens) récupéraient l’eau acide des cratères et s’en servaient à des fins médicales : soulagement des douleurs musculaires, brûlures de verrues, application dans le trou d’une carie pour faire tomber la dent…

Pour accéder au second cratère, nous empruntons un petit chemin à travers la foret primaire, et nous faisons la rencontre d'un petit écureuil.

Le second cratère (éteint), appelé LAGO DE BOTOS, qui culmine à 2 704 m au milieu d’une végétation exubérante, est lui bien paisible avec son lac aux eaux froides d’un bleu intense.

Il existe un troisième cratère, (éteint aussi) appelé VON FRANTZIUS, du nom du scientifique allemand qui en 1861 fut le premier à l'observer, mais qui est quasi inaccessible tant la végétation alentour est dense.

Il se dégage de l'ensemble une odeur caractéristique de soufre. A cause de ces gaz sulfureux, il est déconseillé de rester plus de 20 minutes, car c'est très toxique.

Avril 2017 - Fermeture du volcan POAS en raison d´une activité volcanique.

Après notre visite du 1er avril, le volcan s'est mis à toussoter, puis à cracher sérieusement.
Les cendres liées à l´explosion du 12 avril contenaient une petite quantité de pierres volcaniques. Cette éruption a détruit une partie du dôme du cratère.

Devant cette très forte activité volcanique avec des éruptions à répétitions depuis le 7 avril, (7-12-13-18-25), le parc a été fermé au public pour une durée illimitée à cause des émanations acides très toxiques.

Le personnel du parc doit toujours évaluer les dégâts causés aux infrastructures et s’assurer de la sécurité des visiteurs avant qu’il ne ré-ouvre.

Donc, nous avons eu de la chance de pouvoir le visiter !


Pierella, le jardin écologique

2 avril. Nous découvrons une petite exploitation familiale tenue par une jeune couple, William et Cristal. Leur activité principale est l'élevage de papillons qu'ils vendent partout dans le monde. Une chrysalide peut valoir plusieurs dollars. Cristal nous emmène visiter sa propriété.

On a pu voir :
- des bébés de chauves souris blanches cachés sous une feuille de bananier.
- différentes chenilles et papillons. Le plus joli est le morpho bleu et sa chrysalide est magnifique. Il y a aussi le papillon hibou.
- Un paresseux a 3 doigts : c'est un mammifère herbivore, il vit dans la canopée des forets humides d'Amérique latine. Il dort plus de 18 heures par jour. Le paresseux est solitaire (sauf pendant les périodes de reproduction) et son pelage lui permet de se camoufler. Il mesure environ 60 cm.
Il vit dans les arbres et descend une fois par semaines pour faire ses besoins !
- Des grenouilles de toutes les couleurs (grenouilles vertes et noires, la grenouille "blue jean", la rainette aux yeux rouges...).
- des bébêtes pas très sympathiques : une grosse sauterelle, un espèce de petit lézard, un jeune boa avec déjà l'instinct de serrer.
- nous avons vu des fleurs bizarres appelées « labios de novia » ou lèvres de fiancée.

Cette promenade de 2 h fut très instructive. Nous avons mangé sur place, les produits du jardin cuisinés par Cristal.
Pour le café, nous découvrons un ustensile bizarre. On dirait une potence à laquelle est attachée une chaussette. C'est pour faire le café, et ce n'est pas du "jus de chaussette". Il est excellent !


Chocolate Tour à la Tirimbina

LA RÉSERVE NATURELLE BIOLOGIQUE DE TIRIMBINA

Hier, en fin d'après-midi, nous sommes arrivés au TIRIMBINA RAINFOREST LODGE. Situé à La VIRGEN de SARAPIQUI, sur les rives du río du même nom. C'est un hébergement idéal pour les amoureux de la nature. Les chambres sont simples et confortables, et surtout c'est une immersion totale dans la nature environnante.

Notamment, nous entendons un bruit comme une alarme qui se déclenche. Marilyn la guide nous explique que ce sont les cigales qui font ce bruit. ! Elles doivent être énormes !

La Réserve Naturelle Biologique La TIRIMBINA s’étend sur 345 ha de forêt et possède une île formée par le río Sarapiquí. Plus de 300 espèces d’oiseaux, 35 de reptiles, 30 d’amphibiens et 89 de mammifères y ont été identifiées.

3 avril. BALLADE MATINALE DANS LA FORET HUMIDE.
3 avril. Ce matin nous partons pour une promenade très matinale dans la foret humide (the rainforest) car hier nous sommes arrivés avec la pluie et n'avons pas pu la faire. Donc rendez vous 6 h à la réception. Il n'y a personne, tout le monde dort. Un toucan nous regarde partir. Il paraît surpris.

Nous nous dirigeons tout de suite vers la forêt en empruntant un pont suspendu, assez long, au dessus du rio Sarapiqui. Ce sera le premier d'une longue série.
Pendant une heure, nous allons découvrir la flore et la faune locale, en explorant les sentiers et marcher sur les ponts suspendus.

CHOCOLATE TOUR
Après un rapide petit déjeuner, nous avons rendez vous avec Carolina. Nous retournons dans la forêt de TIRIMBINA, dans un secteur planté de cacaoyers.
Cette visite de 2,5 heures va nous faire découvrir les secrets et les merveilles de l'un des aliments préférés de l'humanité: le chocolat.
Et mon mari est un parfait représentant de l'Humanité !

Elle nous initie au processus artisanal au cours duquel les fruits du cacao se transforment en chocolat (récolte, fermentation, séchage, etc.), et nous raconte l'histoire du chocolat pré et post-colonial.

Puis c'est l'heure de la dégustation. Tout d'abord, le chocolat liquide car, après le broyage des graines, elle a rajouté de l'eau chaude, puis bien mélangé le tout.

C'était vraiment excellent !


Vida Campesina

Continuation vers la VIDA CAMPESINA qui se situe à la FORTUNA DE SAN CARLOS, pas loin du Parc National du volcan ARENAL où nous irons demain.

C'est une exploitation familiale, tenue par des Ticos très sympathiques et respectueux des traditions de la vie typique costaricienne. Ils pratiquent l'agriculture biologique depuis plus de 40 ans.

DEJEUNER SUR PLACE
Avant de manger, nous avons eu droit à une leçon de fabrication de la tortilla que nous avons pu ensuite déguster avec un merveilleux repas traditionnel.
Le jus de fruit qui nous est servi est particulièrement surprenant : du jus d'ananas avec de l'eau de riz. Mais c'est très bon.

Le repas aussi fut excellent. et bien entendu que des produits maison. C'est un plat qui s'appelle 'olla de carne", le pot au feu made in Costa Rica : de la viande de bœuf, avec des légumes du jardin : christophine, patate douce, courge, manioc .... Le tout présenté sur une feuille de banane.

En dessert, "pretiño", c'est une galette faite avec de la farine de blé et du miel de la canne à sucre. Avec le café, super bon !

VISITE DE LA FERME
Après le repas, nous sommes invités à découvrir le jardin du propriétaire. De toute beauté ! Des bananiers, des caféiers, des cacaoyers et toutes sortes de plantes ayant des vertus médicinales.

Sous la « Troja », lieu traditionnel de vie et de discussions, nous apprenons tout sur la canne à sucre. Il nous montre les ustensiles pour broyer, malaxer la canne à sucre afin d'en extraire son jus. Nous nous essayons à l'extraction du jus, mais ce n'est pas si facile. La dégustation est plus facile.

Nous poursuivons la visite à travers les plantations qui respectent un mode de production biologique durable et découverte des traditions emblématiques du Costa Rica

C'est une expérience très authentique ! Je vous recommande cet endroit.

Puis, Randall, notre chauffeur nous emmène dans la petite ville de LA FORTUNA où nous achetons quelques cartes postales et souvenirs. Et les timbres qui se vendent uniquement à la poste (20 minutes d'attente!). Un timbre vaut 600 ou 700 colones, selon les jours !


Arenal 1

4 avril. LE PARC NATIONAL DU VOLCAN ARENAL
Nous sommes au nord du pays, près d'une petite ville appelée La FORTUNA. Nous entrons dans le parc national du volcan Arenal, et dès l'entrée du parc, notre chauffeur nous fait remarquer un arbre où il y a une petite vipère jaune (vipère de Schlegel). Elle est belle mais il paraît qu'elle est très dangereuse.

Puis nous entrons dans le Parc On y voit une plaque commémorative de l'éruption mortelle de 1968. Le volcan ARENAL est aussi dans la liste des 5 volcans actifs du Costa Rica et se place même en première position. En effet, c'est le volcan le plus actif du Costa Rica. C'est pourquoi on ne peut pas l'approcher de près.

Depuis 3 000 ans, cette montagne était endormie (ou presque), mais le 29 juillet 1968 à 7h30 le volcan explose en détruisant les villages PUEBLO NUEVO et TABACON se trouvant à sa base, tuant quelque 80 personnes et des milliers de bovins.

Depuis cette dernière explosion, avec une grande régularité (toutes les 2 à 3 heures), il émet des projections de lave et de cendres. Les dernières explosions importantes se sont produites à la fin des années 70 créant un deuxième cône, et aussi en 1993.

C'est le plus actif de tous et le plus dangereux du pays, mais aussi très surveillé. Depuis octobre 2010, seules des émanations de fumée et de gaz s'échappent du cratère.

Etant toujours en activité il est possible d’y observer sa lave en éruption la nuit sur le flanc Ouest du volcan et d’entendre ses grondements, Ce doit être un magnifique « son et lumière » naturel ! Mais à contempler de loin.
Nous ne l'avons pas fait.

Situé à 1 750 m, le volcan ARENAL a une forme conique quasiment parfaite, c’est aussi le plus jeune volcan du Costa Rica. Son sommet contient 5 cratères.

Nous avons donc fait une petite marche à travers la forêt, puis avons escaladé une ancienne coulée de lave (1992) pour accéder à un mirador d'ou nous avons une superbe vue : d'un coté le volcan de l'autre coté le lac ARENAL.

LE REPAS
Pour rester dans le contexte, notre CASADO est accompagné d'un dôme de riz .. ressemblant étrangement au volcan ARENAL..
Toujours plein de légumes aussi variés les uns que les autres.

CANOPY TOUR
Pour les plus courageux d'entre nous (j'étais la seule!) il faut essayer le « CANOPY TOUR ». C'est un circuit de tyroliennes, 13 tronçons exactement. Durée 1 heure.
Hélas, pas de photo, car d'une main on appuie sur le câble pour freiner, de l'autre on tient le second câble.

SOURCES THERMALES
Enfin, pour se ressourcer quoi de mieux qu'un bain dans les eaux thermales chaudes provenant du volcan. A l'entrée, on nous remet une serviette et à la sortie un sac plastique pour mettre le maillot mouillé. C'est bien pensé.
Nous avons mangé sur place, dans un cadre grandiose et tropical.
Puis nous rentrons à l'hôtel.


Arenal 2

5 avril. LE PARC DES PONTS SUSPENDUS

Ce matin nous allons dans un parc nommé MISTICO ARENAL HANGING BRIDGES PARK, soit le parc des ponts suspendus. Nommé ainsi car il comprend pas moins de 16 ponts dont 8 suspendus, leur longueur étant variable, le plus long ayant 92 mètres.

A l'entrée du parc, un coati nous souhaite la bienvenue. Au cours de cette belle promenade à travers la forêt tropicale, nous avons admiré la faune et la flore, des rios et cascades, nous avons vu des toucans, des singes hurleurs.

Départ pour MONTEVERDE.
Sur la route, nous avons encore vu des singes hurleurs. Un homme nous a klaxonné car on était mal stationné. Notre guide, qui nous dit que c'est un « Nord Américain », lui a rétorqué un « pura vida » qui l'a laissé sans voix.
Donc, bien entendu, il faut voir la photo de ce singe hurleur qui a fait hurler un Nord Américain. Nous reprenons la route, non sans s'être arrêté à nouveau pour assister à une parade amoureuse de toucans.

MONTEVERDE, ça se mérite !
La foret tropicale humide qui entoure MONTEVERDE est difficilement accessible. C'est par une piste en tôle ondulée. Soit 1 h 30 pour faire 36 Km.
Les habitants de la région ne veulent pas goudronner cette route pour en limiter l'accès et éviter un tourisme de masse. Cependant, quand on arrive à la petite ville de SANTA ELENA, on peut voir que les hôtels et restaurants ne manquent pas.

Nous sommes en altitude (1300 m), on remet un petit gilet.
On rejoint le MONTEVERDE COUNTRY LODGE perché dans la montagne.


Monteverde

6 avril. MONTEVERDE, une foret tropicale en altitude

Nichée à 1500 m d’altitude, dense, mystique, brumeuse, bienvenue dans la forêt de nuages.
Située à proximité de SANTA ELENA, cette réserve privée gérée par un organisme à but non lucratif n’est pas aussi accessible que les autres parcs naturels nationaux du Costa Rica.

Après avoir quitté l’hôtel assez tôt, nous partons pour la réserve de MONTEVERDE. Nous prenons la panaméricaine puis nous montons par une belle petite route qui serpente à travers la foret..

Au fur et à mesure que le bus s’enfonce dans la jungle, le relief se fait plus accentué et la végétation se transforme progressivement lorsque l’on prend de l’altitude. L’influence de la température, de la topographie et de la pluviométrie sur la végétation sont évidents vu de notre bus.

La température s'est bien rafraîchie (18°) et une légère bruine qui va aller en s'accentuant. La rando se fera sous la pluie.
Lorsque nous arrivons, le parking est encore vide. Cette petite réserve ne peut admettre que 160 visiteurs en même temps. Mais vu le temps de ce matin, ce ne sera pas un problème.

LE QUETZAL, TIMIDE ET RESPLENDISSANT
On est censés voir le fameux Quetzal, l'oiseau sacré des Mayas, mais il n'est pas fou, il est resté bien à l'abri. Cet oiseau, emblème de la région, ne supporte pas la captivité. Il vit dans les plus hauts et plus vieux arbres des forets tropicales d'altitude.
Érigé au rang de divinité par les Mayas, il symbolise encore aujourd'hui l'Amérique Centrale. Le Guatemala en a même fait sa monnaie.

Donc, pour nous ce sera dommage, mais nous ne verrons pas cet oiseau mythique, devenu rare et difficile à observer..

Départ vers le GUANACASTE.


Croco Safari

6 avril. Nous sommes arrivés dans la province de GUANACASTE, située au nord ouest du pays. C'est le lieu de prédilection des Américains pour ses belles plages de sable fin et son climat ensoleillé et sec.
Les habitants sont les Guanacastecos ou « Tecos ».

Pour aborder la faune de cette région, c'est en bateau que nous allons le faire, une petite promenade sur la BEBEDERO RIVER.

C'est le royaume des crocodiles. Des Grands, des petits, des bébés … mais ils sont tous peu engageants !

Pendant cette ballade de 2 h 30, nous avons pu voir :
- Iguane, héron tigré, chauves souris sur un arbre, motmot, crocodile, singes hurleurs, encore des crocos ….

Continuation vers RINCÓN DE LA VIEJA.


Rincón De La Vieja

7 avril. PARC NATIONAL RINCÓN DE LA VIEJA

« RINCÓN DE LA VIEJA » ou « Coin de la Vieille », Pourquoi ?
Une des nombreuses légendes pour expliquer cette appellation est l'histoire d'une princesse indienne Curabandá qui était amoureuse de Mixcoac, chef d'une tribu voisine ennemie.

Quand son père entendit parler de cet amour il captura Mixcoac et le jeta au fond du cratère. Inconsolable, Curabandá vécut le restant de ses jours près du volcan où elle devint une célèbre guérisseuse.

Une autre légende parle d'une vieille femme (peut être Curabanda devenue âgée) qui crache de la fumée vers le ciel lorsqu'elle est mécontente... Cet état doit être fréquent, car en effet en 1995 et 1998 des nuages de cendre atteignirent SANTA ROSA située à plus de 30 Km.

RINCÓN DE LA VIEJA, UN VOLCAN BOUILLONNANT
Le volcan a à son actif une vingtaine d’éruptions, notamment sur le versant Nord ce qui le place dans le top 5 des volcans actifs du Costa Rica.

Situé dans la cordillère du GUANACASTE (nord-ouest du pays), au cœur du Parc national RINCÓN DE LA VIEJA (14 161 ha), au centre d'un massif volcanique qui compte plusieurs sommets, le Volcan Rincòn de la Vieja est un des volcans les plus volumineux du pays. Il contient 9 centres éruptifs dont 2 cônes volcaniques contenant 2 cratères. Le cône Santa Maria est le sommet du volcan avec une hauteur de 1916 mètres.

RANDONNÉE DANS LE PARC NATIONAL DU VOLCAN RINCÓN DE LA VIEJA.
Nous prenons un des 3 sentiers, Las Paillas Trail qui fait une boucle de 3 km vers différents sites volcaniques , cratères secondaires, fumerolles, bassins d'eau et de boue bouillonnante.

Nous découvrons tout d'abord un singe araignée perché à la cime de grands arbres gigantesques.

Mais en cours de chemin, le paysage change, la foret fait place à la savane et comme nous ne sommes plus à l'abri nous recevons la chaleur (42°) et le vent de plein fouet. Il vaut mieux avoir un chapeau bien accroché et avoir pensé à la crème solaire. Petite remarque, ici on cuit mais on ne bronze pas.


Santa Rosa et la Côte pacifique

8 avril. Déjà la fin pour le Costa Rica.
PARC NATUREL DE SANTA ROSA ET LA CASONA.
Santa Rosa est un symbole de la fierté nationale : le Costa Rica n'a été envahi par une armée étrangère que trois fois, et chaque fois les attaquants ont été défaits à Santa Rosa.
Depuis 1948, il n'y a plus d'armée.

LA CASONA
On peut visiter La Casona, le bâtiment principal de l'ancienne hacienda Santa Rosa. Détruite par une incendie criminel en mai 2001, elle a été reconstruite à l'identique en 2002.
L'action militaire, tout comme l'histoire naturelle de la région, est décrite au moyen de documents, de peintures et de cartes.

LA COTE PACIFIQUE
Il était prévu une rando dans le parc de SANTA ROSA mais l'appel du large est plus fort. On va faire un tour à la plage. On se trempe les pieds dans l'Océan pacifique. C'est génial.

PENAS BLANCAS. PASSAGE DE LA FRONTIÈRE
Nous quittons le Costa Rica pour aller au Nicaragua. Le passage de la frontière a duré 2 heures. Il paraît que c'est bien car on aurait pu y rester 4 heures. Il ne faut pas être Pressé. Pura Vida !

Il faut savoir qu'il faut payer une taxe pour sortir du Costa Rica et une autre pour entrer au Nicaragua. Soit 20 dollars en tout. Les autres monnaies ne sont pas admises.



Costa Rica, un peuple PURA VIDA !
Symbole d'une philosophie, d'un art de vivre à la "tico". Une vie simple et heureuse. Savoir prendre son temps et profiter de l'instant présent.

On utilise "Pura Vida" pour une réponse positive à diverses questions : pour dire bonjour, comment ça va, répondre ça va bien, pour dire que nos vacances sont excellentes ….

Donc, nos vacances au Costa Rica ont été « PURA VIDA » !

Voyage raconté par Bergeronnette40

Photos Carnet de voyage au Costa Rica


Voir toutes les photos du voyage au Costa Rica

Recommandations pour ce voyage

Les plus...

  • A voir dans la mesure du possible les 5 volcans en activité
  • Même si on n'aime pas les légumes, goûter à tout
  • Acheter des bonbonnes d'eau de 5 l (pour économiser la planète)
  • Amener des dollars et non des euros. Changer par petites sommes.
  • Adopter l'expression et le mode de vie "Pura Vida"

Les moins...

  • San José la capitale, pas grand chose à voir sauf les musées
  • Ne pas oublier de boire, car on se déshydrate beaucoup
  • Si possible éviter la compagnie aérienne IBERIA
  • indispendables : de bonnes chaussures, lotion anti moustiques et crème solaire
  • Comme nous, les appareils photos n'aiment pas l'humidité

Que pensez-vous de ce carnet de voyage au Costa Rica

Notez ce carnet de voyage :

Ce carnet de voyage vous a plu ? N'hésitez pas à féliciter Bergeronnette40, lui laisser un commentaire ou bien lui demander des informations complémentaires via le forum :

Laisser un commentaire à Bergeronnette40
Comparez toutes les offres et... trouvez le MEILLEUR PRIX !
> Voir toutes les promos
Rechercher sur le site (+ d'option)
Participer à Fou de voyage Soyez "ouf", gagnez des cadeaux et prenez part à une action solidaire originale : En savoir +  > Voir le barème de toutes les actions...
Les gagnants du mois dernier... Inscription à la newsletter

Généré en 0,193 secondes